Mimosa Effe

Alors que la crise actuelle que nous vivons pose avec urgence la question de la rupture révolutionnaire, la question des oppressions que subissent des fractions de notre classe semble en être un moteur essentiel.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre les violences policières ce samedi, quelques jours après le rassemblement de 20 000 personnes pour Adama Traoré devant le TGI de Paris, porte de Clichy, et une semaine après la Marche des Solidarités.
La journée avait bien mal commencé, avec la vidéo insupportable de Macron, mais les actions ont finalement été importantes en ce 1er Mai exceptionnel de confinement policier.
Alors que nous terminons la quatrième semaine de confinement en France, le constat est sans appel : les violences à l’encontre des femmes sont en hausse. Ainsi, du propre aveu de la police, lesDviolences conjugales se sont accrues de 30%.
Edouard Philippe a annoncé ce vendredi le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril, félicitant au passage «  l’unité et la solidarité des français  » et promettant que le non-respect des règles serait sévèrement puni.
Le 19 mars l’Assemblée rejetait l’amendement visant à prolonger le délai d’avortement pendant la crise sanitaire. Si ce n’est finalement que peu étonnant de la part des députés LREM, ce rejet est révélateur de quelque chose de plus profond.
Le hashtag #irresponsables pour parler de la population française se ruant dans les bars, dans les parcs ou sur les marchés a beaucoup fait les choux gras de la presse. On a parlé de manque de « civisme » ou de solidarité, alors serions-nous irresponsables et égoïstes ?
Hier soir, samedi 14 mars, le Premier Ministre Edouard Philippe prenait la parole pour annoncer le stade 3 de l’épidémie de Covid-19 : à la clé et renforcement des interdictions de regroupement : tous les commerces « non indispensables » sont fermés depuis samedi minuit, après l’annonce des f
Ce vendredi 28 février, la cérémonie de la 45e édition des Césars s’est déroulée dans une ambiance particulièrement tendue après la nomination sur douze catégories du film J’accuse de Roman Polanski.
Harvey Weinstein, le producteur américain, a été reconnu, lundi 24 février, coupable d’agression sexuelle avec violence et de viol au troisième degré (c'est-à-dire, selon la loi étatsunienne, sans consentement mais sans violence physique) par un tribunal de New York.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Mimosa Effe