Retraites : la réforme Macron va accroître les inégalités femmes-hommes

En 2016, le montant des pensions est en moyenne de1 389 euros bruts : 1 739 euros pour les hommes et 1 065 euros pour les femmes. La retraite des hommes est supérieure de 63,3 % à celle des femmes. Les femmes partent à la retraite en moyenne un an plus tard que les hommes, et sont les plus nombreuses à percevoir une pension d’un faible montant. Sans les dispositifs de solidarité (majoration de pension à partir de trois enfants, validation de trimestres pour la maternité et l’éducation des enfants…), ces inégalités seraient encore plus importantes.

Les inégalités de pensions entre les hommes et les femmes auraient dû baisser car, depuis 40 ans, les femmes sont plus actives, plus diplômées que les hommes et ont de meilleures qualifications. Mais les pensions reflètent les inégalité professionnelles : salaire, emploi, temps partiel. Les contre-réformes depuis 1993 ont pénalisé plus durement les femmes, avec notamment l’allongement de la durée de cotisation, le passage des 10 au 25 meilleures années pour le calcul de la pension …
Le régime « par points » amplifie les inégalités car les pensions réfractent les cotisations versées durant toute la vie professionnelle, ce qui défavorise les personnes qui ont des carrières heurtées (périodes de précarité, de chômage, de bas salaire). Cela se constate dans le cadre des régimes complémentaires. Le régime « par points » ne fera qu’aggraver cette situation intolérable même si des dispositifs de solidarité semblables à ceux actuels sont appliqués, ce qui n’est pas certain puisqu’aucune information précise n’est apportée par le gouvernement.

La commission nationale santé-sécu-social du NPA

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.