Nos mamies et nos papis valent plus que leurs profits !

-A +A

Le 30 janvier prochain, partout en France, les salariéEs des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) feront grève et manifesteront à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales de la Santé.

Ce mouvement est l’aboutissement d’une vague de fond qui traverse ces établissements. Au cours des derniers mois, des dizaines de grèves ont eu lieu dans les EHPAD publics et privés, sur tout le territoire. 

Ces grèves menées dans des conditions difficiles ont révélé à la fois les conditions de travail insupportables des personnels mais aussi la maltraitance que produisent les coupes budgétaires, la course à la rentabilité et, dans le secteur commercial, la course aux profits.

Elles ont mis en lumière la précarité des personnels, la maltraitance, le manque d’effectifs : repas donnés à la hâte, toilettes rapides, manque d’activités, qui font des EHPAD des mouroirs. Une « maltraitance institutionnelle » que les personnels ne supportent plus alors que, dans le même temps, l’exploitation de « l’or gris » est devenu un business très rentable pour les actionnaires des établissements commerciaux. 

Quant aux résidentEs et leurs familles, ils et elles doivent payer de leur poche, souvent 2 000 euros par mois voire plus, ce qui est bien au-dessus du niveau des pensions à l’heure où une nouvelle « réforme » va encore s’attaquer aux retraites.

La lutte des salariéEs des EHPAD et leurs revendications, à commencer par l’exigence de la présence d’unE professionnelle pour unE résidentE, doivent être soutenues. Elles posent une question politique essentielle : celle de la place que la société donne à toutes celles et ceux qui en raison de leur âge, de leur handicap, ou pour toute autre cause, ne sont pas en état de produire.

Sont-ils/elles des êtres « en trop » que l’on tolère en leur permettant de survivre ? Ou ont-ils/elles le droit de vivre, dans les meilleures conditions possibles au sein d’une société accueillante pour touTEs ?

Dossier réalisé par la commission nationale santé sécu social du NPA.

« Croire en la cause, croire en ce que vous défendez, croire dans les valeurs qui doivent exister et dans la reconnaissance qu’on doit avoir de nos anciens »

Entretien avec Anne-Sophie Pelletier, porte-parole des grévistes de l’EHPAD des Opalines de Foucherans, dans le Jura, dont la grève de 117 jours a beaucoup contribué à attirer l’attention sur la situation des EHPAD.

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.