Lycée Blanquer : tri social à tous les étages

Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer accumule les annonces, une mesure chasse l’autre pour mieux empêcher la contradiction de s’exprimer, et la succession des coups témoigne bien d’une logique d’ensemble de casse globale du service public d’éducation.

Dans le premier degré, suite aux annonces concernant la carte scolaire (fermetures et ouvertures de classes), des journées de grève avec rassemblements, occupations, manifestations, ont été appelées dans une quarantaine de départements. Macron et son gouvernement avaient bien essayé « d’endormir » les enseignantEs et les parents en annonçant à quelques semaines de la rentrée scolaire de septembre 2017 des CP à 12 en éducation prioritaire renforcée (REP +). Mais à moyens constants et sans embauche, le dédoublement des classes de CP avait mécaniquement pour conséquence que les autres niveaux allaient eux être surchargés. À l’horizon de la rentrée 2018, ce sont l’ensemble des CP d’éducation prioritaire qui doivent être dédoublés (REP et REP +) ainsi que les CE1 en REP +, toujours à moyens constants. Résultat : 42 suppressions de classes au Mans, 5 classes de maternelle fermées à Boulogne-sur-Mer, etc.

Dans le second degré, la casse du collège initiée par Najat Valaud-Belkacem se poursuit : c’est l’accroissement de la déréglementation qui s’est opérée, avec l’accroissement de l’autonomie des établissements dans la définition des enseignements. Le rétablissement supposé d’options (bilangues latin...) est de la poudre aux yeux. En effet, désormais ces heures ne sont plus fléchées dans la dotation de fonctionnement de l’établissement, et c’est localement que se fait le choix de les dispenser ou non. Là où les moyens seront mis pour pallier d’autres difficultés, les options disparaitront : ce sont encore les plus pauvres qui trinquent. La nouvelle formule du diplôme national du brevet, avec la part belle au contrôle continu, 4 épreuves terminales et un oral peu préparé fait penser au nouveau baccalauréat, troisième étage de la fusée ultra-libérale… 

Un nouveau baccalauréat sur lequel nous nous proposons de revenir dans ce dossier, en exposant les principaux changements qu’il induit, ses conséquences prévisibles quant à l’accroissement des inégalités, et son articulation avec la réforme de l’université.

Dossier réalisé par la commission éducation nationale du NPA. 

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.