Les jeunes au travail : exploitéEs et révoltéEs

La jeunesse précarisée fait pleinement partie de la classe ouvrière, et ses différentes mobilisations, ces dernières années, balisent la lutte de classe. En 1994, un mouvement de colère avait jeté à la poubelle le CIP, un contrat pour les moins de 26 ans visant à les payer 80 % du SMIC. En 2006, les mobilisations de la jeunesse scolarisée et leur écho dans le monde du travail avaient fait reculer la tentative gouvernementale d’instaurer le CPE, un contrat pour les moins de 26 ans permettant aux patrons de les virer sans motif deux ans après la signature de celui-ci.
En 2019, alors qu’une baisse très importante des enseignements disciplinaires (histoire, maths, français, etc.) a été organisée dans les lycées professionnels, la formule du mouvement contre les « stages Beullac », du nom d’un ministre souhaitant en 1980 mettre en place des stages dans les lycées d’enseignement professionnel, reste d’actualité : « Si les stages en usine, à 14 ou 15 ans, sont une "ouverture sur la vie", pourquoi la bourgeoisie n’y envoie-t-elle pas ses fils ? »
Depuis l’immolation d’Anas à Lyon, des mobilisations de la jeunesse étudiante agitent les universités et les resto U : beaucoup de villes touchées, beaucoup de monde en AG, un démarrage très vite et très fort dans le contexte chaud de l’automne 2019. La dénonciation de la précarité est dans les têtes comme dans les interventions en amphis et, plus généralement, les étudiantEs semblent vouloir être partie prenante du mouvement politique en formation de contestation du pouvoir. L’occasion pour nous de revenir sur l’exploitation des jeunes salariés et la nécessité de renverser cette société.
Dossier réalisé par le secteur jeune du NPA

Des jeunes et des avions

Je travaille chez un sous-traitant des compagnies aériennes (Easyjet, Air Algérie…) présent dans 6 aéroports français et qui s’occupe de l’assistance au sol. Une centaine de salariéEs, avec une moyenne d’âge autour de 30 ans, dans cette entreprise installée sur l’aéroport depuis un an et demi.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.