La lutte victorieuse des étudiant-E-s contre le libéralisme et le racisme

La lutte des étudiantEs n’a pas seulement remporté une victoire significative sur leurs revendications, elle a ouvert une brèche dans la politique néolibérale menée par l’ANC.

Début octobre à Johannesburg, la capitale économique du pays, l’université de Witwatersrand, la plus cotée du pays, annonçait par la voie de son doyen, une augmentation pour 2016 des frais de scolarité de 10,6 % et de 6 % pour les frais d’inscription. Les premières manifestations de refus vont alors éclater et rapidement s’étendre à l’ensemble du pays sous la bannière de « Fees Must Fall » (« Les frais d’inscription doivent baisser »).

Une nouvelle génération

Confrontés souvent aux violences policières, les étudiantEs vont réussir non seulement à maintenir leur unité politique mais aussi à gagner le soutien de la population.

L’accès à l’éducation universitaire reste le moyen le plus sûr pour trouver un travail dans un pays où près de la moitié de la jeunesse est au chômage. Mais l’éducation reste chère : elle peut varier de 3 000 à 4 500 euros par an selon les études. Autant dire hors de portée pour une grande partie de la population dont la moitié vit en deçà du seuil de pauvreté.

Ainsi, beaucoup de familles doivent choisir parmi leurs enfants celui qui fera des études et souvent, malgré les sacrifices financiers consentis, ces jeunes doivent contracter des prêts pour financer leur scolarité.

Cette génération dit des « born-free » (née libre), c’est à dire celle qui n’a pas connu l’apartheid, a une vue différenciée par rapport à ses aînés de l’ANC, la principale organisation qui a mené la lutte contre la ségrégation raciste. Elle ne se prive pas de rappeler la revendication de la « Charte de la liberté », le texte programmatique de l’ANC, qui prône le droit à l’éducation pour tous : « L’enseignement supérieur et de la formation technique sont ouvertes à tous par le biais de subventions de l’État et des bourses attribuées sur la base du mérite .»

Le ministre de l’Enseignement supérieur Blade Nzimande, qui est aussi le secrétaire général du Parti communiste sud-africain (SACP), a beau jeu de critiquer le mouvement étudiant qu’il a qualifié de non constructif, la part consacrée à l’enseignement supérieur est de seulement 0,8 % du PIB, un score qui rejoint la moyenne des pays les moins généreux. On aurait pu s’attendre à une autre politique de la part d’un gouvernement qui déclare comme une de ses priorités la jeunesse et l’éducation. Mais les fais parlent d’eux-mêmes et le gouvernement préfère engloutir des milliards de dollars dans des projets économiques dont on peut douter par ailleurs de la pertinence.

Lors des mobilisations, ce même ministre a dû descendre parmi les étudiantEs avec un seul droit, celui de se taire et d’écouter la colère de ceux-ci.

Contestation politique

La lutte des étudiantEs a été une lutte contre la politique néolibérale du gouvernement dans laquelle la population s’est majoritairement retrouvée. Des personnalités illustres comme Ahmed Kathrada, le compagnon de prison de Nelson Mandela, s’est déplacé - malgré ses 86 ans — pour soutenir la mobilisation étudiante. Il a été accueilli sous les hourras des jeunes qui ont entonné les chants des années de lutte anti- apartheid, faisant référence à cette illustre mobilisation étudiante de Soweto en 1976 qui ébranla un pouvoir raciste qui avait pourtant l’air si sûr de sa puissance.

Quelques mois auparavant, les étudiantEs avaient mené une lutte elle aussi exemplaire à l’université du Cap pour le déboulonnage de la statue de Cecil Rhodes, ministre anglais du 19e siècle, n’hésitant pas à maculer quotidiennement d’excréments ce symbole du colonialisme. Cette lutte s’accompagnait de l’exigence d’une africanisation tant au niveau des programmes d’enseignements que des professeurs.

Deux jours avant la manifestation nationale, Jacob Zuma a dû annoncer lors d’une conférence de presse la suppression des augmentations et une réflexion sur l’éducation donnée dans les universités, ainsi que sur le racisme.

Cette nouvelle génération d’étudiantEs continue la lutte pour un enseignement totalement gratuit mais aussi contre la sous-traitance de certains emplois dans les facultés, remportant des victoires significatives comme à l’université du Cap, et établissant de manière très concrète la solidarité entre étudiantEs et classe ouvrière.

Paul Martial

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.