Nucléaire militaire : Hiroshima rime avec Fukushima

Les commémorations des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, en pleine période de vacances, passent chaque année inaperçues, même le 70e anniversaire de ces crimes contre l’humanité.

Pourtant, 200 000 mortEs sur le coup, sans parler des rescapés victimes de la radioactivité qui ont agonisé pendant des années. Or, dans une dizaine de pays dont la France, il y a des arsenaux nucléaires qui menacent la survie de l’espèce humaine, ne serait-ce que par accident, et qui ont provoqué lors des essais à l’air libre de nombreuses leucémies dont les États se désintéressent scandaleusement.

La course entre grandes puissances

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une course de vitesse entre l’Allemagne nazie et les USA, alliés à la Grande-Bretagne et au Canada, pour la réalisation de bombes utilisant les colossales possibilités de destruction générées par la fission des atomes d’uranium et de plutonium. L’Allemagne a capitulé en avril 45 avant d’avoir terminé sa bombe, et les Américains ont achevé la leur juste avant que le Japon ne s’avoue vaincu. Ils ont profité du contexte pour expérimenter leurs bombes : l’une à l’uranium, l’autre au plutonium. La démonstration de force leur permettait d’asseoir leur domination sur le monde et d’impressionner l’URSS qui a compris le message.

Celle-ci s’est lancée à son tour dans la course aux armements nucléaires, suivie par la Grande-Bretagne, la France et la Chine. Ces 5 pays, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, y disposant du droit de veto, sont officiellement les seuls possesseurs d’armes atomiques. Ils ont édicté des règles interdisant aux autres de les imiter (traité de « non-prolifération » de 1968). Cela n’a pas empêché l’Inde, le Pakistan, Israël et la Corée du Nord, d’entrer dans la danse. D’autres pays s’y sont essayés aussi mais y ont renoncé pour différentes raisons : le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Irak, et tout dernièrement l’Iran...

Équilibre de la terreur et dissuasion

À l’époque de la « guerre froide », les USA et l’URSS ont accumulé des armes susceptibles de détruire plusieurs fois la vie sur terre et ont été parfois à deux doigts de déclencher l’apocalypse. En France, la mise au point de la « bombinette » comme l’appelait le Canard enchaîné a poussé les gouvernements à pratiquer des essais…ailleurs que sur le territoire. Ainsi le Sahara et la Polynésie souffrent encore des expérimentations nucléaires françaises.

Le Mouvement de la Paix, qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il était dans les années 50 et 60, une dizaine d’organisations pacifistes, regroupées dans le collectif international Ican, prêchent pour le désarmement nucléaire. Pour sa part, le NPA soutient toutes les initiatives pour le désarmement unilatéral de la France.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.