La voiture électrique ne roule ni pour la planète ni pour l’emploi

-A +A
Écologie
arguments

Le 6 juillet, Hulot a déclaré tout fiérot : « Nous visons la fin de la vente des voitures à essence et diesel d’ici 2040 ! » Mais si on remplaçait les 39 millions de voitures en France par des voitures électriques, il faudrait installer partout des bornes de recharge rapide et… une quinzaine d’EPR pour les alimenter. De quoi justifier leur construction dès 2030, qui compenserait la fermeture des 17 réacteurs les plus anciens évoquée par Hulot le 11 juillet. Inacceptable ! Chère (1 % des ventes en France), peu autonome (200 km maximum), déclassée de son label « écologique » en raison de sa production très polluante (émissions de CO2, batteries, déchets produits), la voiture électrique est encore moins écologique quand elle sert d’alibi pour construire des centrales nucléaires.

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.