25 novembre : contre la violence du système patriarcal

-A +A

Le système de genre entraîne à l’encontre des femmes de nombreuses violences, qui sont renforcées par le capitalisme. Contrairement à ce que certaines forces politiques réactionnaires laissent entendre, aucun pays ni aucune couche de la société n’échappe à ces violences. Il s’agit de meurtres, de mutilations, de viols, de coups, de harcèlement, d’insultes, de dévalorisation et d’objectivation des corps, de troubles mentaux spécifiques, de la loi du silence meurtrière...

Nous devons avoir à l’esprit, lorsque nous nous battons contre ces violences, qu’elles sont  régulièrement récupérées à des fins racistes et islamophobes. Les réactionnaires sont bien plus prompts à dénoncer les violences sexuelles lorsqu’elles sont commises par des personnes non blanches, et associent systématiquement migration et violences sexuelles.

On voudrait laisser croire que les violences sexuelles seraient un problème extérieur à la France. Pourtant, au vu des récentes affaires d’agressions sexuelles venues des classes dominantes blanches, il est clair que le patriarcat n’a ni frontière ni classe.

Les droits des femmes ont encore été brandis comme prétexte pour s’attaquer à des populations racisées comme les musulmanEs, à travers les multiples attaques envers les femmes portant le burkini. Bien qu’elles visent prioritairement les femmes musulmanes, et en second lieu toute personne musulmane, ces attaques islamophobes concernent finalement toutes les femmes. Trop couvertes ou pas assez, c’est bien aux femmes de décider, et aucune autorité, encore moins sous prétexte de laïcité, ne doit décider de la façon dont les femmes gèrent leur corps.

Chiffres concernant les viols en France, violences subies spécifiquement par les femmes réfugiées, violences au travail, à la télévision, affaire « Jacqueline Sauvage » : cinq articles dans lesquels nous portons notre regard féministe, anticapitaliste et internationaliste.

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.