Toulouse (31) : vers une union antiraciste et populaire 

Dans ce climat d’unité nationale, les musulmans font office d’ennemi intérieur suspectés d’être « djihadistes », « islamo-fascistes » (!), avec une banalisation du passage à l’acte (en l’espace d’un mois, plus de 150 agressions à caractère islamophobe recensées).
Lors de son dernier congrès, le NPA a décidé qu’une riposte était nécessaire. À Toulouse, le NPA Jeunes a impulsé l’organisation d’un meeting « contre l’union sacrée, pour une union antiraciste et populaire », dans un cadre unitaire mis en place à l’université du Mirail, regroupant plusieurs organisations dont certaines issues des quartiers. Malgré le climat de censure politique mis en place sur la fac dans le cadre du plan vigipirate (AG féministe et conseil fédéral de Solidaires EtudiantEs interdits), nous avons maintenu notre initiative et avons regroupé près de 70 personnes, dont plusieurs s’investissent dans la constitution d’un collectif.
Nous avons lancé une invitation à organiser dans l’unité une manifestation le samedi 21 mars à l’occasion de la journée de mobilisation contre tous les racismes.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.