Perpignan : « Mai 68 et aujourd’hui », avec Alain Krivine

La venue de notre camarade Alain n’est pas passée inaperçue. Une longue interview dans le quotidien local l’Indépendant, et une autre dans l’hebdo du PCF 66, le Travailleur catalan. La réunion publique a rassemblé le 1er juin entre 70 et 80 participantEs. Une participation au-delà de la frange militante locale (avec y compris la présence de représentantEs de forces de gauche).

Dans l’échange qui a suivi l’introduction d’Alain, point de nostalgie mais un débat sur les leçons et l’actualité de 68. La fantastique spontanéité de masse qui a conduit à la plus grande mobilisation sociale qu’on ait alors connue, mais qui échoue face à une absence d’alternative anticapitaliste. Des structures d’auto-organisation trop embryonnaires et tenues isolées, une extrême gauche marginale et la politique réformiste, électoraliste, des directions du PCF et de la CGT, très majoritaires, refusant de s’appuyer sur les mobilisations et les dévoyant sur le terrain institutionnel. La question du pouvoir, hier comme aujourd’hui, passe par l’unité d’action de notre classe et la rupture anticapitaliste.

L’importance du contexte international dans les années 1960 a été également soulignée pour expliquer Mai 68 : l’Algérie, le Vietnam, la Guadeloupe… L’internationalisme reste un élément clé d’une alternative révolutionnaire. Pour conclure la réunion ont été annoncées deux initiatives du lendemain : un rassemblement contre la loi raciste Collomb et une action de solidarité avec les cheminotEs. Et les discussions se sont poursuivies, de façon informelle, autour de quelques tapas…

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.