Mourenx (64) : Réunion publique avec Philippe Poutou

Une vingtaine de personnes ont répondu à l’appel du NPA Béarn (64), vendredi 8 décembre.

Éric, ouvrier à Messier (Oloron), a introduit la réunion en évoquant la dégradation des conditions de travail dans son usine métallurgique et dans celles de la région où se succèdent les fermetures, comme Yara à Mourenx. Malgré les difficultés pour les salariéEs à défendre leurs droits, à lutter pour le maintien des emplois, la perspective reste celle d’une lutte d’ensemble pour interdire les licenciements et ouvrir les livres de comptes des patrons exploiteurs et licencieurs. François, infirmier à Arthez, a dénoncé les attaques contre les services publics, et montré leurs conséquences, en particulier dans la santé où les camarades ont participé aux mobilisations contre la fermeture de la maternité de l’hôpital d’Oloron. 

Philippe Poutou, en intégrant les exemples locaux dans la situation plus globale de recul de l’ensemble du mouvement ouvrier, a posé la question de comment préparer la prochaine étape de mobilisation pour faire reculer le gouvernement et le patronat, en montrant toutes les possibilités de résistances, de mobilisations existantes, de grèves, et la nécessité de leur convergence. Il a développé notre objectif de construire un parti pour les luttes des travailleurEs et des jeunes, en toute indépendance des institutions, pour prendre nous-mêmes nos affaires en main.

Un militant de La France insoumise, venu discuter en toute camaraderie, a permis de mettre en évidence la nécessité de lutter ensemble sur le terrain face aux attaques que nous subissons, mais aussi de préciser les divergences dans les objectifs et les perspectives de la FI et du NPA. Le contact s’est établi pour poursuivre la discussion et se retrouver ensemble pour les mobilisations locales, comme celle en cours contre la pollution du site de Lacq.

Les discussions se sont poursuivies fraternellement autour d’un apéro… avec des rendez-vous pris par plusieurs présentEs pour s’associer à notre combat.

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.