Gérard Collomb doit dégager

Pas un jour ne passe sans que le Ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, franchisse des lignes rouges contre les migrantEs, les musulmanEs, les militantEs du mouvement social et écologique ou le droit de manifester. Il flatte les secteurs les plus réactionnaires de la société et exerce une pression insupportable sur toutes celles et tous ceux qui tenteraient de remettre en cause la politique de Macron.

La politique de la matraque contre le mouvement social

Alors que les jeunes et les salariéEs résistent à des mesures de régression sociale (SNCF, universités, Code du travail), tout est fait par le Ministère de l’intérieur pour briser nos mobilisations : interventions policières, provocations policières dans nos manifestations, il est allé jusqu’à mettre en garde à vue une centaine de lycéenNEs qui occupaient le lycée Arago à Paris dans des conditions scandaleuses, avec des mineurs en garde à vue pendant deux jours, sans que leurs parents aient de nouvelles.

Lors d’une interview, Gérard Collomb a remis en cause le droit de manifester en expliquant que « les personnes qui veulent exprimer leur opinion [doivent] s’opposer aux casseurs, et non pas, par leur passivité, être complices de ce qui se passe. » Tout en tentant de nous diviser, il indique qu’il est prêt à remettre en cause un droit déjà mis à mal par l’Etat d’urgence.

A Notre-Dame-Des-Landes, le Police de Collomb fait preuve d’une violence inouïe contre les militantEs de la ZAD qui ont pour seul tort le désir d’expérimenter d’autres rapports sociaux. L’utilisation d’armes de guerre ne peut conduire qu’à des drames, comme dernièrement la main arrachée de Maxime Peugeot par une grenade contenant du TNT.

Raciste et islamophobe, Collomb chasse sur les terres de l’extrême-droite 

Collomb nous explique que « des régions sont submergées par les migrants », que les migrantEs font du « benchmarking pour regarder les législations les plus fragiles », il a été complice des nazillons qui sont partis chasser des migrantEs à la frontière italienne, il est l’artisan de la dernière loi asile-immigration qui durcit drastiquement les conditions de demande d’asile et criminalise toujours plus celles et ceux qui viennent en aide aux migrantEs. Une politique digne de l’extrême-droite dont Macron et son gouvernement sont solidaires !

La France est pourtant l’un des pays d’Europe qui accueille le moins de migrantEs alors qu’elle a une responsabilité indéniable dans les raisons qui poussent des millions de personnes à fuir leur pays, que ce soit pat le pillage des richesses sur plusieurs continents comme par le rôle ignoble que joue l’impérialisme français dans les guerres.

Et comme si cela ne suffisait pas, Collomb se fend d’une sortie islamophobe contre Maryam Pougetaou, cette étudiante militante à l’UNEF et opposée à la sélection qui visiblement n’a pas le droit de parole pour l’unique raison qu’elle porte un foulard .

Face à la montée de la réaction au sommet de l’Etat, le NPA exige :

• La départ de Gérard Collomb

• La fin des interventions policières sur les lieux d’études et de travail

• Le rétablissement de la liberté complète de manifester sans présence policière

• Le retrait de la loi « Asile-immigration » et La liberté de circulation et d’installation pour touTEs les migrantEs

• Le retrait des forces de répression à Notre-Dame-Des-Landes

 

Lundi 4 juin 2018

 

Version PDF

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.