Antifascisme : À Lyon, une journée d’information relance le collectif de vigilance

-A +A
Politique
agir

Le Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite (cadre unitaire composé d’associations, de syndicats et de partis politiques qui veillent, informent et agissent contre les extrêmes droites dans la région lyonnaise) était en sommeil depuis la manifestation du 29 novembre 2014 contre la tenue du congrès du Front national à Lyon. 

Cette manifestation avait subi les assauts répétés et particulièrement violents des forces de l’ordre, empêchant les manifestantEs d’aller au terme du parcours où les prises de parole étaient prévues : un échec politique qui avait affecté nombre de militantEs, impuissants à mener des actions d’ampleur contre l’extrême droite depuis ce jour.

Une réussite de bonne augure

Trois ans plus tard, le 11 novembre dernier, le CV69, débarrassé du PS et de ses satellites, a réussi, avec une participation active des militantEs du NPA et en partenariat avec le Comité de solidarité avec le peuple grec, la Coordination des groupes anarchistes, Acrimed et les Amis du Monde diplomatique, une journée entière d’information, intitulée « Organisons-nous contre l’extrême droite », consacré à la montée des extrêmes droites en Europe.

Plus de 150 personnes sont venues écouter une présentation des activités internationales des groupes fascistes lyonnais, ou Yorgos Mitralias, venu de Grèce, pour faire un état des lieux des extrêmes droites européennes. Des ateliers ont été organisés à propos de la propagation des idées d’extrême droite à la fois dans  les médias et dans l’éducation nationale, et à propos des ripostes syndicales et des luttes féministes à travers l’Europe, ainsi qu’une projection film Fascim Inc., en présence d’Aris Chatzistefanou, venu lui aussi de Grèce pour débattre de l’actualité des liens entre capital et fascisme.

Cette réussite est de bon augure pour la suite. Dans une ville comme Lyon, où les groupes fascistes prolifèrent et ont pignon sur rue, une structure telle que le CV69 est indispensable pour construire les ripostes à la fois aux idées nationalistes, xénophobes, racistes, anti-féministes, homophobes, et aux pratiques fascistes ultra violentes. On est désormais en droit d’espérer la possibilité d’une nouvelle initiative de rue contre l’extrême droite à Lyon.

Au vu du contexte actuel, où le danger fasciste ne cesse de gagner du terrain, les militantEs du NPA se doivent de prendre à bras le corps et avec détermination la question spécifique de l’antifascisme, en l’insérant systématiquement dans le champ du mouvement social.

Correspondante

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.