Alain Krivine et des anciens de Billancourt à Renault Guyancourt

Événement peu banal le jeudi 7 juin : l’équipe Sud du Technocentre Renault avait invité Alain Krivine et d’anciens militants ouvriers de Billancourt à une réunion-débat pour évoquer ce que fut Mai 68 dans cette usine mythique du mouvement ouvrier. Ça s’est passé dans les locaux syndicaux (le CE, dirigé par la CGC ayant refusé d’assumer cette initiative), et ceux-ci étant situés à plus de 15 minutes à pied des locaux de travail, ce n’était pas joué d’avance. Finalement, ce fut une vraie réussite, puisque ce sont plus de 50 personnes qui sont venues.

L’occasion pour Alain Krivine d’évoquer ce que fut l’importance de Mai 68, du mouvement gréviste, de ses relations avec le mouvement étudiant à l’époque et des potentialités que cela avait ouvert pour secouer cette société. Avec aussi les témoignages très concrets et souvent émouvants de deux anciens de Billancourt en 1968, Jean-Pierre Guéguen et Michel de Pierrepont, évoquant les conditions de travail de l’époque, mais aussi la révolte qui s’y manifesta jusqu’au fameux meeting du 27 mai qui vit Séguy, le secrétaire général de la CGT annonçant les résultats de Grenelle, conspué par une assemblée de 10 000 grévistes dans l’Île Seguin. D’autres retraités plus jeunes, comme Alain et Patrick, ont évoqué Billancourt dans les années qui ont suivi leur entrée à l’usine et dans le militantisme déterminé suscité par les espoirs de Mai 68. Des témoignages qui ont intéressé touTEs les participantEs, dont plus d’une dizaine n’avait jamais franchi les portes d’un syndicat et n’ont pas hésité à intervenir pour faire part de leurs interrogations actuelles, tant pour changer le monde, mais aussi sur comment faire grève aujourd’hui face aux pressions individualistes de la société ou même des hiérarchies. Un véritable échange entre générations... avant d’échanger devant le buffet et de retourner au travail, touTes très contentEs de l’initiative.

Correspondant

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.