12e université d’été du NPA

Dernier numéro de l’Anticapitaliste avant la trêve estivale, et donc dernière occasion de vous parler de l’université d’été du NPA, qui se déroulera du dimanche 23 au jeudi 27 août (accueil à partir du samedi 22) à Port-Leucate. 

Au vu de la situation sanitaire, nous avons évidemment hésité à maintenir ce rendez-vous annuel. Et c’est en toute conscience de la nécessité d’établir un protocole sanitaire strict (voir encadré) que nous avons décidé d’organiser la 12e édition de notre université d’été, un moment attendu et plus que jamais utile après une année riche en rebondissements, et à l’heure où la crise économique, sociale, écologique, sanitaire et démocratique impose de se retrouver pour échanger, tirer des bilans, tracer des perspectives.

Un monde en crise(s), des alternatives à construire

Le programme de l’université d’été a été en grande partie construit autour des différentes dimensions de cette crise, avec la volonté de les saisir dans leurs spécificités et leurs imbrications. Quels sont les éléments de continuité mais aussi de nouveauté de la crise économique que nous connaissons aujourd’hui ? Comment articuler les différentes facettes de la crise du système, en particulier en ce qui concerne la crise environnementale dont on a vu qu’elle peut devenir une catastrophe sanitaire mondiale ? Quelles conséquences sur nos conditions de vie, en particulier pour le monde du travail qui commence à subir de plein fouet les effets des plans de suppressions d’emplois ? Et surtout quel rapport de forces construire et comment y répondre pour que nos vies passent avant leurs profits ?

Autant de questions dont nous débattrons avec nos invitéEs et divers intervenantEs du NPA, et qui seront aussi la toile de fond de discussions davantage tournées vers les perspectives d’action, de changement, et sur les contre-projets à opposer aux capitalistes et aux gouvernements à leur service. Ce sera notamment l’objet du cycle « Leur "monde d’après" et le nôtre », qui sera l’occasion de comprendre les projets (déjà à l’œuvre) des classes dominantes, de réfléchir sur les pistes pour un autre monde et sur les moyens pour l’imposer. 

Des discussions sur les perspectives que nous mènerons également avec des organisations invitées, avec notamment une table ronde en présence d’Aurélie Trouvé (Attac), de Céline Verzeletti (CGT), de Murielle Guilbert (Solidaires), d’Éric Coquerel (La France insoumise) et de Matthieu Brabant (Ensemble !).

Mobilisations sociales, mobilisations internationales

L’université d’été sera également l’occasion de revenir sur les mobilisations qui ont marqué cette année, contre la réforme des retraites bien sûr, mais aussi dans la santé, dans l’éducation nationale, dans l’enseignement supérieur et la recherche, contre le racisme et les violences policières, contre les violences faites aux femmes, sur les questions de justice climatique, contre les licenciements… Des expériences à partager, des bilans à tirer, des perspectives à tracer… et de nombreux ateliers et invitéEs ! 

Un programme qui aura bien évidemment une forte dimension internationale et internationaliste même si, pour cause de crise sanitaire mondialisée, plusieurs de nos intervenantEs seront « présents » en visioconférence. Parmi les ateliers internationaux : « Le Chili en ébullition »« La Palestine à l’heure de l’annexion »« Un renouveau du socialisme aux États-Unis ? »« Luttes de masse et répressions au Moyen-Orient et au Maghreb »« Le Brésil sous Bolsonaro », etc. 

Un peu d’histoire 

Cette année, le centième anniversaire du congrès de Tours, la fracture au sein de la social-démocratie française qui a donné naissance ensuite au futur Parti communiste, donnera lieu à quatre séances abordant notamment les questions de front unique et de front populaire, ainsi que les positionnements et pratiques du PCF par rapport à la décolonisation ou au patriarcat.

Cette année d’anniversaire marquera aussi les dix ans de la disparition de notre camarade Daniel Bensaïd sur lequel nous reviendrons, lui qui a tant œuvré pour l’existence d’un rendez-vous intellectuel et militant comme l’université d’été. 80 ans après son assassinat par un agent stalinien, nous reviendrons aussi sur l’actualité de la pensée de Trotsky. Ce sera d’ailleurs l’objet d’un débat avec nos camarades de Lutte ouvrière.

Avec quelques mois d’avance, en guise d’apéritif aux publications, débats et réunions qui marqueront les 150 ans de la Commune de Paris, nous organisons un débat à plusieurs voix, avec nos camarades de l’Union communiste libertaire (UCL), sur l’héritage de cette expérience révolutionnaire : que faire de l’État ? Quelle démocratie sociale ?

Enfin, la formidable mobilisation qui secoue les USA nous amène à revenir sur l’histoire de la lutte politique contre l’esclavage, en particulier en interrogeant Marx et Lincoln. 

Quelques noms

Pour finir, on sacrifiera à l’exercice traditionnel du « name dropping » (sans aucune prétention à l’exhaustivité). Seront donc à nos côtés cette année Sophie Béroud avec qui nous reviendrons sur l’état (préoccupant ?) du syndicalisme, le politologue engagé Olivier Le Cour Grandmaison, auteur de travaux importants sur la colonisation, l’avocat Raphaël Kempf qui lutte contre les politiques répressives et liberticides, le journaliste engagé Taha Bouhafs, l’historienne Ludivine Bantigny, Willy Gianizzani, historien spécialiste des questions écologistes, Benjamin Bayart, de la Quadrature du Net, Clément Petit­jean, spécialiste de la gauche aux États-Unis… et bien d’autres. Le journaliste David Dufresne sera également parmi nous pour nous présenter, en avant-première, son documentaire Un pays qui se tient sage, consacré aux violences policières.

On retrouvera également nombre de camarades et amiEs habitués de notre université d’été, venus de France ou de pays limitrophes, ainsi que les militantEs qui animent la direction et les commissions du NPA.

 

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.