Notre camarade Jacques Morand

Notre camarade Jacques Morand (nom de plume de Jean-Claude Kerjouan, connu aussi sous le nom de Illy) est mort dimanche 10 mai des suites d’un cancer, à l’âge de 77 ans.

Encore lycéen en 1956, il avait rejoint Voix Ouvrière, le groupe dont est issu Lutte Ouvrière. Il a fait ensuite partie de la direction de VO, puis de celle de Lutte Ouvrière, dès la reconstitution de ce groupe après l’interdiction des organisations révolutionnaires qui a suivi Mai 68. Aux côtés de camarades d’entreprise de différents secteurs (notamment de la SNECMA, ou du secteur cheminots), il a largement contribué à l’intervention des militants révolutionnaires dans les luttes ouvrières, et en particulier à l'émergence de comités de grève ou coordinations, organes démocratiques de direction de ces luttes.

Au début des années 1990, il a impulsé la constitution de la minorité de Lutte Ouvrière dont est issue la Fraction l’Étincelle – aujourd’hui partie intégrante du NPA – dont il était, jusqu’à aujourd’hui, un des principaux dirigeants.

Les militants de la génération de Jacques Morand sont de ceux qui ont fait sortir les organisations trotskystes de l’ombre dans laquelle elles étaient restées confinées pendant des décennies.

Tous ceux qui le côtoyaient connaissaient sa soif des bonnes choses de la vie, son humour parfois caustique, son attention aux problèmes rencontrés par les uns et les autres. Plus que tout, il était préoccupé de saisir les opportunités du moment, sur le plan politique ou social, de n'en laisser échapper aucune, quitte à paraître vouloir forcer des situations. Jacques représentait beaucoup pour nous tous et son aide politique nous manquera.

Nous lui rendrons hommage lundi prochain 18 mai, à 13 h 30, au funérarium du Père Lachaise, salle de la Coupole.

Paris, le 12 mai 2015.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.