Les nôtres : Marie-Andrée Albern

Marie-Andrée – pour nous, c’était simplement Marie – est décédée à l’âge de 64 ans, à l’issue d’une longue et grave maladie.

Marie était une militante de base, dans le sens noble du terme. Ce qui la motivait, c’était se battre au côté de celles et ceux qui, comme elle, veulent « que ça change », celles et ceux « d’en bas » qui aspirent à une vie meilleure.

Marie était plutôt discrète, intervenait rarement en réunion, sinon pour avoir un éclaircissement. Son souci, c’était : « Qu’est-ce qu’on peut faire ? » et surtout « Qu’est-ce qu’on fait ? » Peu adepte des théories et des grands discours, elle leur préférait, sans toutefois les opposer, l’efficacité du contact pour rassembler, agir et gagner.

La vie ne l’avait pas gâtée ni sur le plan affectif ni sur le plan professionnel, mais elle ne se plaignait jamais : elle était debout, révoltée contre ce « monde pourri par le fric ». Marie se levait tous les matins à 5 heures pour faire à pied les quelque deux kilomètres qui la séparaient de son boulot d’agent de lycée (à Perpignan, pas de bus avant 7 heures !). Mais elle était toujours partante pour militer. Elle n’hésitait pas à partager le peu qu’elle avait. Elle était très attentive aux autres et très conviviale.

Nous avons perdu une grande dame, petite de taille mais d’une intégrité sans faille et d’une énorme générosité. Nous exprimons notre amitié et notre tristesse à sa famille et à ses proches.

Ses amiEs et camarades des Pyrénées-Orientales

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.