Solidarité avec les peuples en lutte !

Depuis plusieurs semaines des mouvements de résistance se multiplient et s’intensifient à l’échelle internationale. Au Chili, au Liban, en Équateur, à Hong Kong... en Catalogne, des centaines de milliers de personnes occupent la rue, se mettent en grève contre la dégradation de leurs conditions de vie, le manque de démocratie ou la violence d’État. Ces résistances par leur détermination, leur durée, peuvent ouvrir la voie d’un affrontement global avec le capitalisme.

Un vent de colère international
Si ces mobilisations ont chacune leurs spécificités, les ressorts sont partout les mêmes. Ils nous rappellent le mouvement des Gilets Jaunes et il y a bien des similitudes quand aux éléments déclencheurs des luttes en cours. Augmentation des taxes sur l’essence en Équateur, sur les communications internet au Liban, augmentation du prix du ticket de métro au Chili...
C’est bien la mainmise des capitalistes sur les transports, l’énergie, les réseaux de communication et la dégradation des services publics qui sont violemment contestés. Partout les peuples en lutte se mobilisent contre la vie chère, les inégalités croissantes et le déni démocratique qui accompagnent les politiques néolibérales. A Hong Kong et en Catalogne les revendications d’émancipations des peuples, pour le droit à l’autodétermination se font écho, exprimant une importante porosité des luttes à l’échelle internationale.

La contestation du système
Ces mobilisations jouent comme au Chili ou au Liban, entre autres, un rôle de catalyseur de colères beaucoup plus profondes. C’est pourquoi malgré quelques concessions faites par les pouvoirs en place, afin de contenir les révoltes, la colère ne retombe pas et les mobilisations continuent. Les résistances se poursuivent malgré un niveau de répression extrêmement élevé de la part de pouvoirs qui sont de moins en moins légitimes et qui pratiquent toujours plus la politique de la matraque face aux revendications sociales. Ce niveau d’affrontement élevé et massif avec l’appareil d’État traduit tout particulièrement la détermination des manifestantEs et la profondeur de la contestation mais également la situation d’impasse des pouvoirs en place.
C’est bien le capitalisme néolibéral et son pendant autoritaire qui sont contestés dans leur globalité par la jeunesse, les travailleurEs et les plus pauvres qui ne veulent plus se faire broyer.

Les peuples en révolte montrent la voie
Ces résistances, ces mobilisations par la radicalité et la détermination qu’elles expriment, nous montrent la voie. Elles peuvent constituer un véritable encouragement pour nos propres luttes. Nous devons leur apporter notre soutien en les popularisant et en développant des solidarités. Les prochaines mobilisations contre la réforme des retraites nécessiteront elles aussi la convergence du monde du travail pour construire un rapport de force à la hauteur des attaques.
Mettre fin au pillage des richesses, à la dégradation bientôt irréversible des conditions de vie sur la planète, par une minorité et à l’oppression au la régression sociale et politique organisée à l’échelle internationale au sein d’un système capitaliste en crise passera nécessairement par la solidarité internationale des travailleurEs.

 

Version PDF

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.