Les nôtres : Lionel Houck

Le 26 novembre, à 73 ans, notre camarade est décédé d’un cancer. Après avoir été marinier plusieurs années, il était entré à l’usine Renault de Cléon en 1973...

L’année suivante, il adhérera au syndicat CGT, puis sera élu délégué du personnel. De son embauche à son départ en retraite, il travaillera comme OS sur une des chaînes d’assemblage des moteurs. Il sera de tous les combats, de toutes les occupations de l’usine, notamment en 1978, puis en 1991 trois semaines durant. C’est à l’issue de cette épreuve de force que la direction envisagera son licenciement, avant de ramener sa sanction à 20 jours de mise à pied. La direction de l’usine lui fera payer sa combativité, sa participation aux actions les plus radicales de sa classe et la trouille qu’il lui inspirait en le privant de toute évolution professionnelle. 

Militant de nombreuses années au PCF, il le quittera pour le groupe Action communiste, avant d’adhérer au NPA à l’automne 2014. Un sacré bout de chemin pour ce militant longtemps sectaire à l’encontre de l’extrême gauche, la continuité d’un combat jusqu’au bout de sa vie contre tout ce qu’il haïssait : le racisme, le fascisme, le capitalisme.
Salut Lionel, salut camarade !

Comité Renault Cléon

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.