Châteauroux (36) : contre la criminalisation de la solidarité

Le conflit en Palestine exige la mobilisation afin d’obtenir le paix et la dénonciation des crimes de guerre commis par l’État d’Israël sur des civils. Notre camarade Alain Pojolat est convoqué le 22 octobre devant la justice, accusé d’avoir bravé l’interdiction de Valls et Cazeneuve de manifester à Paris en solidarité avec le peuple palestinien. Le droit de manifester fait pourtant partie des libertés démocratiques. Élue Front de gauche, Bénédicte Bauret a elle été convoquée par la police pour son appel à boycotter les produits fabriqués dans les colonies israéliennes.

Les deux cas sont liés. Dans quel pays vivons-nous pour être auditionné et peut-être condamné pour le fait d’exprimer un engagement politique de manière pacifique et transparente ? En criminalisant les militantEs politiques et les actions de solidarité avec la Palestine, le gouvernement prend de fait partie pour Israël.

C’est pour l’ensemble de ces raisons qu’à Châteauroux, le NPA et le Front de gauche (PCF et PG) ont été reçus en délégation à la préfecture. Nous y avons déposé une motion soutenant nos camarades et demandant l’arrêt immédiat des poursuites judiciaires. Restons solidaires et mobilisés !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.