Mobilisés sur les retraites !

Jeudi 12 décembre 2019

21:48

130 personnes à la première rencontre interprofessionnelle à Paris 20e. SalariéEs de la RATP, la Poste, l’hôpital Tenon, de l’Éducation nationale, la PJJ…

Une action a été organisée le midi à la mairie.

 

21:47

Grenoble : 5000 en manif, 200 en AG interprofessionnelle (cheminots, éducation, cpam+caf+directe, finances, culture…)

21:45

Limoges : 1200 personnes contre la réforme des retraites.

21:43

Cette fois plusieurs villes du dépt (Aix, Marseille, Istre, Arles) ont organisé des manifestations ou des rassemblements. À Marseille les cortèges ont défilé aux cris des slogans des manifestants. Nous ne sommes pas dupes et nous ne lâcheront rien !

 

Mercredi 11 décembre 2019

08:33

La manifestation du 10 décembre a regroupé environ 5000 personnes, un peu moins que le 5, mais des côtés plus dynamiques.

En fait, les salariéEs du Rail sont partis de la gare après leur AG qui a reconduit sans problèmes. Il y avait aussi une délégation de l'Education avec eux. Cortège dynamique, les camarades de Sud Rail ont lancé des slogans.

L'ordre prévu pour les cortèges a été un peu chamboulé : des jeunes ou enseignants devant, CGT et Sud Rail avec un cortège, des slogans unifiant (Rail, Santé, Ptt) avec petit groupe Sud Santé-Ptt. Le fait de faire un cortège commun cheminots postiers et santé a été mobilisateur.

Le cortège Educ était aussi dans la première partie de la manif. Les AG éduc se stabilisent mais la grève stagne un peu

A noter aussi un cortège CGT CHU.

La manif s'est bien passée : après le gazage de la camionnette CGT le 5, préfecture et flics ont mis la pédale douce et le cortège est allé jusqu'au bout sans embrouille.

Plutôt positif et le recul en nombre n'est pas bloquant pour l'instant.

Tentative de blocage du dépot pétrolier lundi matin, évacuée assez vite et relance prévue avec forces plus larges.

08:22

Entre 3 et 4000 manifestants, moitié moins que la semaine dernière. Manif très secteur public. À noter la présence d'un petit groupe de lycéens.

Le mouvement commence à s'auto-organiser autour de la minorité d'enseignants qui sont en reconductible. Des AG Educ Nat ont désormais lieu quotidiennement et deviendront interpros à partir de jeudi.

08:19

La manifestation de ce mardi a rassemblé un peu plus de 8 000 personnes. C’est une réussite après celle de jeudi dernier. Il y avait de nombreux cortèges de collèges, lycées, écoles eux aussi mobilisés avec des autres agents des différentes fonctions publiques mais aussi des salariéEs du privé. Dans l’après midi nous nous sommes retrouvés 200 personnels de l’Éducation en Assemblée Générale à la fac des Tanneurs et nous avons adopté l’appel ci-dessous. Un comité de grève s'est mis en place. Une AG interpro s'est aussi tenue à la fac. Elle rassemble quelques étudiants, des militants de Solidaires, quelques autres syndicalistes, des Gilets Jaunes et des enseignants syndicalistes ou non qui participent à l'AG éducation. D'autres AG syndicales ou inter-syndicales ont eu lieu. L'AG des cheminots a rassemblé 300 cheminotEs, ce qui est une réussite.

 

Appel adopté à l'unanimité par l’AG Education du 10 décembre (200 présents au début de la réunion, une centaine au moment du vote)

L’assemblée générale Éducation réunie le 10 décembre avec les syndicats FNEC FP FO, FSU, CGT éduc, SUD éducation :

  • se félicite que le mouvement de grève et de mobilisation pour le retrait du projet Macron sur les retraites s'ancre dans la durée, avec des grèves reconductibles à la SNCF, à la RATP, chez les hospitaliers, dans l'enseignement, ... 

  • constate que face à un mouvement soutenu par la majorité des salariés du public et du privé, le gouvernement vacille, multiplie les déclarations contradictoires ...

  • réaffirme son appel du 5 décembre : " Avec les cheminots, avec les agents de la RATP, avec les hospitaliers, …  nous considérons que ... la grève reconductible est à même de faire céder ce gouvernement, ... elle appelle les personnels de l’éducation dans les écoles, les collèges, les lycées, les services, … à discuter de cet appel et à s’engager dès maintenant dans la grève reconductible." 

  • invite les personnels grévistes à se réunir tous les matins en AG d’établissements et d’écoles, à organiser diffusions et réunions d'information auprès des parents d'élèves;

  • propose aux Unions départementales syndicales d'organiser une manifestation le samedi 14 décembre en convergence avec les Gilets jaunes;

  • appelle à participer aux différentes actions organisées localement et départementalement dont :

- rassemblement place Jaurès le mercredi 11 décembre à 17H place Jean Jaurès,

- manifestation départementale à Tours le jeudi 12 décembre (heure et lieu précisés ultérieurement)

- regroupement le vendredi 13 décembre à 7h au "point 0" (sous le pont de l'autoroute entre SPDC et Tours) avec les cheminots

08:11

Le 5 décembre 2500 manifestantEs à Alençon, le 10 il y avait 600 personnes mais au même moment plusieurs autres manifs ont eu lieu (Flers 450, Argentan 150, Mortagne…).

À Alençon, la manif a eu lieu à 17h, un horaire qui a démotivé les collègues à se mettre en grève!

A la suite de la manif une AG s'est tenue, à l'initiative de Solidaires. Nous nous sommes retrouvés une petite trentaine (militants SUD, Education Nationale, un cheminot qui a fait le point sur la reconduction dans le département, des retraités, etc.).

Décisions:
Mercredi 12h on se retrouve pour écouter ensemble le discours d'Edouard Philippe
Jeudi 10h réunion EN, puis on retrouve point tractage appelé par l'intersyndicale sur le marché
Jeudi 18h rassemblement à l'appel de l'intersyndicale devant la réunion du Conseil de Communauté, l'AG a décidé que l'on investirait la salle
Samedi 14 manif

Mardi 10 décembre 2019

23:58

Le Comité de mobilisation interpro Montreuil-Bagnolet a lancé cette journée du 10 décembre sur les chapeaux de roue avec le blocage du dépôt de bus de la RATP des Lilas. Nous étions une cinquantaine de grévistes du public et du privé venuEs apporter notre soutien à nos camarades dont le dépôt était en grève à plus de 50%. Mais la direction fait du chantage à l’emploi sur les nouveaux entrants à la RATP donc quelques bus circulent. Nous les avons néanmoins bloqués durant 3 heures avant que les flics viennent en aide à la direction en cassant notre blocus.

Certains camarades sont allés prendre le petit-déj avec les grévistes de la ligne de métro n° 9 pour leur apporter notre soutien. 

Vers 9h, un groupe de 10 camarades de lutte a accroché deux banderoles sur le parapet d’un pont du périphérique. Un acte salué par des centaines d’encouragements klaxonnés.

À 11 h, nous avons commencé une AG interpro. 400 personnes étaient présentes. Une forte participation des enseignants, majoritairement du second degré, ainsi que des délégations de la RATP, de la BNF, des communaux de la ville… Comme l’AG d’hier l’avait présagé, il y a une baisse du niveau de grévistes. Un rapide tour de la situation a été réalisé. Certains établissements avaient un nombre de gréviste plus fort, mais pour l’essentiel, c’est en baisse.

Le fait le plus marquant est que le Comité de mobilisation interpro est devenu le principal instrument de la lutte sur la ville et un lieu de rendez-vous et de discussion de tous ceux qui sont en mouvement contre la loi sur les retraites.

Nous avons acté plusieurs choses : orienter nos interventions pour développer la lutte principalement vers les agents communaux, Pôle emploi et l’hôpital qui ont du mal à se mobiliser massivement ; monter rapidement une caisse de grève en faisant des déambulations avec des tracs dans les rues mais aussi en déposant des urnes chez des commerçants amis ; une première soirée festive de solidarité samedi. 

Un camarade une intervention en tant que membre de notre organisation pour insister sur le développement des luttes anticapitalistes et/ou anti-autoritaires à travers le monde. Très applaudis, ce qui montre bien que le comité NPA Montreuil est reconnu pour son implication dans la lutte.

-->
10:18

Deux secteurs sont en grève reconductible depuis le 5 décembre, la SNCF et l'Education nationale. 

Chez les cheminots, l’action est particulièrement suivie sur le département avec de bons taux de grévistes, principalement les agents de conduite, contrôleurs et agent circulations. 

Dès le départ, les cheminots se sont mobilisés à la fois contre la réforme des retraites et sur les questions spécifiques à l’entreprise (emploi, négo CCN et réforme 2018)

Des assemblées générales sont organisées quotidiennement (intersyndicale CGT, FO, UNSA). Le moral est bon et le taux de participation aux AG plutôt correct. Pourtant, de plus en plus, des cheminots craignent l’enlisement du mouvement et de se retrouver tout seuls.

Dans l’Education nationale, la grève a été reconduite dans de nombreux établissements scolaires. Tôt ce lundi 9 décembre, des AG se sont tenues dans plusieurs collèges et lycées, votant la reconduite de la grève. Le premier degré a commencé à reconduire aujourd’hui aussi (déclaration d’intention de 48h). Dans le premier degré, les syndicats demandent de déposer tous les jours jusqu’aux vacances d’hiver. Un rassemblement est prévu mercredi devant la Direction des Services Départementaux de l'Education, ainsi qu’un blocage du Conseil départemental de l’Education Nationale 

Aujourd’hui, à l’appel de l’AG du lycée de Prades (70% de grévistes jeudi dernier) en direction de la population, s’est tenu dans la matinée un rassemblement suivi d’une marche dans les rues de Prades (sous-préfecture des Pyrénées-Orientales). Outre des enseignantEs, étaient présentEs des cheminots, quelques hospitaliers, des retraitéEs et de très nombreux lycéen-ne-s.

Aujourd’hui et demain matin sont organisées des AG dans les entreprises et administrations, notamment au Conseil départemental, à La Poste, à l’EDF, aux Finances publiques, à la clinique privée de Perpignan 

A la CPAM, la journée d’action du 10 décembre s’annonce aussi suivie que le 5 décembre qui a atteint 60% de grévistes sur un préavis de 24h. Jeudi est organisé un rassemblement devant la direction contre la répression syndicale avec appel départemental interpro. S’en suivra une AG de grévistes pour décider de la reconduction.

Pour rappel, la manif du 5 décembre a rassemblé plus de 13 000 personnes. La plus massive depuis 1995.

Correspondant NPA 66

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.