Débattre pour rompre avec un monde en crise(s)

Rendez-vous traditionnel et apprécié marquant la rentrée du NPA, l’université d’été se déroulera du dimanche 23 au mercredi 26 août à Port-Leucate. La situation, en particulier sanitaire, ne s’invitera pas seulement dans cette université d’été par l’exigence du respect de la distanciation physique et des gestes barrières, mais l’enjeu de nos échanges durant ces quatre jours sera de faire le point sur la véritable descente aux enfers qu’entraîne le maintien de ce système capitaliste et comment trouver les moyens d’y résister.

C’est bien à un monde en crise(s) aux multiples dimensions – sanitaire, environnementale, économique, sociale, démocratique – auquel nous avons à faire face. Le premier grand thème de notre université d’été sera donc d’aborder cet aspect : quels sont les éléments de continuité mais aussi de nouveauté de la crise économique que nous connaissons aujourd’hui ? Comment articuler les différentes facettes de la crise du système, en particulier en ce qui concerne la crise environnementale dont on a vu qu’elle peut devenir une catastrophe sanitaire mondiale ? Quelles conséquences sur nos conditions de vie, en particulier pour le monde du travail qui commence à subir de plein fouet les effets des plans de suppression d’emplois ? Et surtout quel rapport de forces construire et comment y répondre pour que nos vies passent avant leurs profits ?

Des thèmes...

Dans la suite de ces thèmes, s’ouvre une discussion sur « le monde d’après ». À l’heure où les mobilisations dans le secteur de la santé marquent un refus net d’un « retour à l’anormal », il faut prendre le temps d’échanger, en réponse à l’offensive tous azimuts des capitalistes, sur la société que nous voulons, ce qui pose une série de questions stratégiques fondamentales. Beaucoup de discussions au sein du NPA et avec d’autres courants politiques ou du mouvement social en perspective.

Dans les éléments directement liés à l’actualité, la situation sanitaire, la lutte pour un service public de santé, sera bien entendu présente dans le programme : contre-réformes dans la santé et la protection sociale et résistances dans les hôpitaux, exploration du Covid-19, de ses causes et conséquences, question des brevets et de l’industrie pharmaceutique…
De même, à l’heure des mobilisations internationales contre le racisme et les violences policières, un large temps leur sera évidemment consacré. Entre analyses et interventions, plusieurs séances aborderont ces sujets, en particulier notre forum plénier du mardi après-midi.

Dans le prochain article, nous reviendrons sur la présenterons d’autres thèmes qui irrigueront le programme 2020 : la lutte écosocialiste, nos engagements féministes, les séances de la commission formation et bien entendu le cycle international avec nos invitéEs (certainEs seront physiquement présents mais d’autres aussi exceptionnellement en visioconférence cette année), et une attention particulière portée à la situation aux États-Unis.

... et des noms !

Enfin, pour terminer cette première présentation, sacrifions à l’exercice traditionnel du « name dropping » (exercice non exhaustif, car d’autres sont à venir…). Seront donc à nos côtés cette année Sophie Béroud avec qui nous reviendrons sur l’état (préoccupant ?) du syndicalisme, le politologue engagé Olivier Le Cour Grandmaison, auteur de travaux importants sur la colonisation, l’avocat Raphaël Kempf qui lutte contre les politiques répressives et liberticides, l’historienne des mouvements révolutionnaires Mathilde Larrère, le journaliste engagé Taha Bouhafs, l’historienne Ludivine Bantigny, ainsi que Willy Gianizzani, historien spécialiste des questions écologistes.

On y retrouvera aussi nos camarades et amiEs Catherine Samary, Franck Gaudichaud, Frank Prouhet, Joseph Daher, Hubert Krivine, ainsi aussi que l’ensemble des militantEs qui animent la direction et les ­commissions du NPA.

À la semaine prochaine pour la suite de la présentation. En attendant, pensez quand même à vous inscrire !

Plaquette de l'Université d'été 2020

Inscription en ligne

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.