Transports : 100 % gratuits, 100 % publics

Alors qu’ils représentent un vrai besoin social, les transports sont un véritable casse-tête pour les travailleurs et la population : bouchons avec le stress et la fatigue que cela occasionne, trains et bus bondés aux heures de pointe, territoires peu ou mal desservis... Surtout, leur coût élevé pèse lourdement sur les budgets des familles (2ème poste du budget après le logement) et empêche les plus démunis de se déplacer. Tels qu’ils sont organisés, ils favorisent le tout-voiture, avec ses conséquences : pollution, engorgement des routes et des centres-villes.

La réponse à cet enjeu social et écologique, c’est le développement des transports collectifs. Cela suppose qu’ils soient gratuits et qu’on développe un vrai service public des transports accessible à tous, et qui irrigue véritablement toute la région. Cela passe par un véritable service public de transports collectifs gratuits.

Dans la région, pour les transports, c’est le profit qui est aux commandes. Et les élus de gauche, qui prétendent défendre les services publics, ne cessent de les démanteler là où ils sont au pouvoir. Les réseaux de transport public ont été jetés en pâture au privé, à Véolia transport (Calais, Dunkerque, Valenciennes), à Kéolis (Boulogne, Lille). Qui peut croire que des multinationales dont le seul objectif est de faire des profits sont capables de répondre à l’intérêt général ?

La gratuité des transports est possible, c’est une question de choix politique. Il suffirait pour cela d’augmenter la contribution patronale pour les déplacements domicile-travail. Ce n’est pas aux usagers, aux travailleurs qui l’utilisent, de financer les transports.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.