Soutien au mouvement populaire au Liban, contre la répression d’Etat

-A +A
International
actualité

Ces dernières semaines, des manifestations se sont amplifiées à Beyrouth contre la gestion désastreuse des ordures par le gouvernement, au point d'atteindre une échelle nationale. En cause, une gestion libérale et privatisée du traitement des ordures dont les conséquences écologiques désastreuses touchent en premier lieu les habitants des quartiers et régions les plus pauvres du pays : l'un des premiers lieux touchés a été la petite ville côtière de Na'ameh, (sud de Beyrouth) dont la fermeture du site d'enfouissement pour cause de surcharge et suite aux mobilisations locales, a entraîné un déplacement des ordures jusqu'aux quartiers les plus huppés de la capitale. La solution proposée par le régime est la création d'un nouveau site dans la région pauvre de Akkar, au nord du pays : une tentative de plus de la part des classes dirigeantes de faire porter le poids de leurs échecs aux couches les plus vulnérables de la société. 

En vérité, l’affaire de la gestion des ordures est le dernier scandale en date d’un régime en état de crise perpétuelle. Les politiques néolibérales, la privatisation à outrance et la spéculation immobilière font que la précarité socio-économique touche la majorité de la population libanaise. La rhétorique sectaire et confessionnelle omniprésente sert la stratégie du régime qui vise à diviser pour mieux régner, mais menace de faire replonger le pays dans la guerre civile. Les institutions démocratiques de l’État central sont de fait désintégrées, et le pouvoir partagé entre des partis confessionnels censés contenir leurs “bases” respectives afin que les oligarques et les capitalistes proches du régime puissent continuer à piller les ressources du pays. 

La radicalité exprimée lors des manifestations ces dernières semaines par les couches sociales les plus pauvres témoigne du ras-le-bol de la population qui ne se taira pas face à la répression de l’Etat qui a déjà fait des centaines de blessés, et à la campagne de diabolisation cherchant à diviser bons et mauvais manifestants. Désormais, la question d'une gestion collective des ordures est devenue un élément catalyseur de la population contre toute solution se basant sur des critères sectaires et confessionnels, un système politique qui, rappelons-le, est le mode de gouvernance hérité du système colonial français. C'est donc en toute logique que les manifestants réclament la fin d'un  régime confessionnel et sectaire.

En solidarité avec la campagne "Le peuple veut", à laquelle nos camarades du Forum Socialiste au Liban participent, nous appelons à relayer les demandes exprimées par les manifestants et à soutenir toute initiative de solidarité internationale pour un État laïque démocratique qui consacre la justice sociale, la liberté et l’égalité.

LCR-SAP (Belgique), NPA (France) , SWP (Angleterre), SAP-Grenzeloos (Pays-Bas), et Internationale Socialisten (Pays-Bas), SolidaritéS (Suisse), Vrede vzw (Belgique)

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.