Roland est sorti !

Tardivement ( après 19 heures!) Roland est tout de même sorti jeudi 26/12 de la maison d'arrêt de Nîmes :  un comité d'accueil encore fourni, qui a attendu plusieurs heures dans le froid, était encore là! Vers 16 heures nous étions alors cinq fois plus nombreux, dont deux GJ de Perpignan ! Cette étape marque la fin de la première période d'acharnement contre lui et le mouvement social. Mais rien n'est fini, loin s'en faut ! Le jugement a été rendu relativement rapidement (vers 15 heures), les GJ et autres soutiens ayant fait le plein dans la salle du TGI, en l'absence de Roland, affaibli par sa grève de la faim ( et de la soif jusqu'à samedi 21 ! ). Le jugement (demande de libération avant le procès) a été acquis grâce à une formidable pression militante et médiatique . Tout ce qui est reproché à Roland est disproportionné et procède de la tactique de l'amalgame : dans la réalité le dossier est plus que vide et les malversations du commissariat de Nîmes (incendie du centre des impôts, policier ivre, des provocations, l'affaire des faux billets révélée par le canard enchaîné…) sont au centre de la cabale contre Roland. Résultat, il est sorti mais avec un contrôle judiciaire très strict : pointage à la gendarmerie régulier, interdiction de manifester etc. Prochaine étape, le jeudi 9 Janvier, date fixée pour son procès.

Mais la guerre continue : à la sortie du tribunal, trois de nos camarades ont été arrêtées par la police et mises en garde à vue suite aux propos écrits sur notre banderole («  Libérez Roland police justice corrompus » ). Elles n'ont été libérées que vendredi 27 vers 14 heures ( après une nuit passée au commissariat!) et inculpées pour «  remise en cause de l'intégrité de la justice et contestation d'une décision de justice ».  Procès fixé au 10/11/20 ! Ce pouvoir ravive aussi le délit d'opinion !!

Le combat continue !

Nîmes, le 28 décembre 2019

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.