Quimper (29) : Violences policières contre les antifascistes

Après une conférence à Nantes, Le Gallou, dignitaire du FN puis du MNR, « théoricien» du racisme, du refus de l’immigration et du vivre ensemble, est venu à Quimper samedi 4 février présenter son dernier pamphlet raciste et islamophobe... Mais c’était sans compter sur la détermination des antifascistes en Cornouaille.

Dès 19 heures, nous étions une bonne centaine à proximité de la salle qui l’accueillait pour clamer « Bienvenue aux migrants », « Bretagne ouverte et solidaire » ou « Le fascisme ne passera pas »… Sauf que les sbires d’extrême droite étaient bien protégés par une forte escouade de CRS qui n’ont eu de cesse de vouloir faire refluer les antifas, dont des militantEs de NPA, du PCF, de la CNT, d’Ensemble, de l’UDB, de Breizhistance, et bien entendu de très ­nombreux jeunes.

Après un face-à-face de près d’une heure et prenant prétexte de quelques visages emmitouflés, les CRS ont chargé, dans un espace restreint et avec une rare brutalité, le rassemblement des antifascistes. Frappant et cognant à tout va, ils ont occasionné des blessures et interpellé trois personnes…

La police et le préfet ont choisi leur camp

Une fois de plus, alors même que le « service d’ordre » de Le Gallou se pavanait en faisant des menaces, bien à l’abri des CRS, ces derniers n’ont eu qu’un seul objectif : provoquer et mater les antifascistes.

Alors même qu’il y a encore quelques mois, les fascistes identitaires ont défrayé la chronique locale en s’attaquant violemment à des jeunes, des immigrés et des bars ciblés, la police sur ordre du préfet a une fois de plus montré son vrai visage : permettre à la haine, à la xénophobie et au racisme de distiller son poison en empêchant la solidarité avec les migrantEs de s’exprimer !

Thomas Delmonte

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.