L’État d’urgence à perpétuité ? C’est non !

Avec la fin de l’état d’urgence sanitaire décrétée pour le 10 juillet, le gouvernement par la voix de sa porte parole Sibeth Ndiaye présente de nouvelles mesures.

Les annonces

Il s’agit de « limiter ou interdire les rassemblements sur la voie publique et les réunions de toute nature, ainsi que les conditions d’accès aux transports publics et à certains lieux de fête pendant 4 mois à partir du 10 juillet même s’il n’y a pas résurgence de l’épidémie ». Voire pendant une année s’il y a résurgence de l’épidémie !

S’il devait y avoir re confinement, une nouvelle loi d’état d’urgence sanitaire serait alors adoptée.

Macron et son gouvernement disent suivre les préconisations du Conseil des experts. De plus, ils vont tenir deux conseils de défense sur les conditions sanitaires dans les prochains jours.

La démocratie autoritaire

En effet, une fois par semaine, avant le conseil des ministres, Macron réunit des experts, des hauts fonctionnaires et les ministres de son choix dans un conseil de défense. Participent en ce moment, les ministres de la santé, de la défense et de l’intérieur. Et c’est dans cette enceinte ultra secrète que le Prince décide ce qu’il doit advenir de nous tous ! Ainsi, par exemple, il n’y aurait pas de danger à réouvrir le Puy du Fou du nobliau de Vendée, mais il y en aurait à manifester ou à tenir des réunions ?

Reprenons la rue !

Déjà partout en France, des milliers de personnes se rassemblent pour protester contre des violences policières de plus en plus violentes au fur et à mesure que ce gouvernement est illégitime. Et protester aussi contre l’impunité dont bénéficient les auteurs de ces actes criminels. D’autres luttes sont aussi en préparation, comme celle du 20 juin avec la Marche des solidarités pour exiger la régularisation pour tous et toutes, ou celle du 16 pour obtenir enfin de réels moyens pour la santé, les personnels, les hôpitaux.

On ne va pas se laisser bâillonner !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.