L’acharnement continue : libérez Roland

Le gouvernement continue sa politique de mauvais coups : les Gilets jaunes de Nîmes, en accord avec le Collectif interluttes local ont décidé de reprendre les rassemblements du samedi (rond-point de Courbessac ) à la sortie du confinement.

C’était déjà le troisième samedi de manifestation quand, le 30 mai, la gendarmerie a arrêté notre camarade Roland Veuillet ! Depuis sa sortie de prison en décembre dernier, il est sous le coup d’une mesure judiciaire stricte : pointages hebdomadaires à la gendarmerie, interdiction de sortir du département et surtout, interdiction de manifester.

Depuis janvier 2020, son procès a été reporté plusieurs fois : grève des avocats, décision inique du parquet, confinement, etc. À chaque fois les mesures judiciaires ont été prorogées et à la dernière audience, tronquée et à huis clos il y a trois semaines, les juges ont fixé le vrai procès de Roland en… novembre !

Au début Roland a respecté son contrôle, mais trop c’est trop pour un militant comme lui : à la sortie du confinement il a décidé de reprendre les manifs et rassemblements. Le 30 mai dernier donc, le couperet est tombé : la gendarmerie de Marguerittes a arrêté Roland, garde à vue pour la nuit et hier dimanche le juge des libertés de Nîmes a décidé son envoi en prison pour six mois dans l’attente de son procès, pour rupture du contrôle judiciaire !

C’est un scandale, car le droit de manifester est un droit fondamental foulé aux pieds par cette démocrature répressive comme jamais depuis la guerre d’Algérie. Nous ne laisserons pas faire et Roland doit être libéré sans tarder !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.