On aura tout vu en Macronie ! Après 2 agressions policières, un député LREM demande la dissolution de la CGT 13

Fin mars, le parti de Sa Majesté tenait une réunion publique à Gardanne (13). Rien de bien nouveau à cette époque de grand Bla-bla…

Sauf que les travailleurs de la Centrale de Gardanne, et des membres de la CGT 13 se sont invité(e)s pour interpeller les responsables LREM sur les dangers de fermeture de leur outil de travail et sur les problèmes rencontrés par ce « peuple » si méprisé par Macron et sa clique.

C’est après cette intervention sans invitation qu’un député LREM a purement et simplement demandé… La dissolution de l’UD.CGT 13 ! Rien que ça !

Pour hallucinante qu’elle soit, cette demande est à rapprocher de l’interpellation il y a 10 jours, de 2 secrétaires de l’UD, suite à un blocage, et aussi de celle le 23 mars, d’un militant CGT, retenu en GAV jusqu’au lendemain, après une violente charge policière contre la manif antifasciste contre la Bastion « Social ». Macron parle de dissolution de ce groupe fasciste, mais Castaner envoie sa police matraquer et arrêter ceux qui s’y opposent un tout peu plus fermement.

Après ces provocations, la CGT 13 a déclaré : « Un cap avait été franchi (…) jamais la CGT ne sera un « partenaire social » bien sage (…) Nous allons continuer le combat parce que nous voulons vivre et travailler. Qu’ils aboient, qu’ils mordent pour imposer leurs choix ne les rendra jamais légitimes et ne nous fera pas reculer ».

J.Marie

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.