L’AG de la BNF favorable à une montée nationale à Paris

La Bibliothèque nationale de France est très mobilisée, avec des assemblées générales de plus d’une centaine d’agents, des « contre-vœux » de la culture, des piquets de grève, et des rencontres avec les autres bibliothèques en lutte et les autres secteurs mobilisés.

Son assemblée générale du 14 janvier a voté une motion concernant la poursuite du mouvement. Elle salue la mobilisation dans les différents secteurs professionnels et propose à l’intersyndicale nationale l’organisation d’une montée nationale à Paris pour faire franchir un cap à la mobilisation.

 

La motion

Samedi 11 janvier, après cinq semaines de ce qui apparait déjà comme le plus fort mouvement social depuis 1995, le premier Ministre Édouard Philippe a remis à Emmanuel Macron des propositions soi-disant atténuées de leur projet de réforme des retraites.
Comme il était parfaitement prévisible, le Premier ministre ne propose que de suspendre provisoirement la clause de l'âge pivot. Si les directions de la CFDT et de l’UNSA ont répondu favorablement au gouvernement, à l'inverse l'intersyndicale CGT - FO - SUD - FSU n'est pas dupe et se prononce toujours pour le retrait total du projet. Signe fort et encourageant, l'UNSA RATP a déjà répondu qu'elle appellerait à la grève jusqu'au retrait.
De nouveaux secteurs (raffineries, avocats, les ports et docks) rejoignent même, ou renforcent le mouvement. Dans l'opinion, cette grève est non seulement soutenue, mais le projet de réforme de retraites à points est majoritairement dénoncé.
Dans les secteurs déjà engagés, la mobilisation ne faiblit pas, les assemblées générales portant les mobilisations. En haut, les confédérations CGT, FO et SUD, ainsi que la FSU, ont réaffirmé leur exigence du retrait, et ont claqué la porte d'un gouvernement qui de toute façon, semble ne plus vouloir leur parler.
Pour généraliser la grève, et l'étendre à tous les secteurs, afin de faire céder le pouvoir, l'intersyndicale nationale CGT-FO-SUD-FSU a aujourd'hui un rôle fondamental en appelant partout à la grève, et en aidant tous les secteurs à l'organiser.
Pour construire ce mouvement vers une grève générale, l'AG de la BnF estime qu'une étape supplémentaire pourrait être franchie si l'intersyndicale nationale appelait à une montée nationale avec une manifestation centrale à Paris. Appuyée sur la montée des luttes, cette manifestation centrale permettrait une convergence des combats, à même de faire céder le gouvernement, permettrait que se réalise enfin le TOUS ENSEMBLE AU MEME MOMENT AU MEME ENDROIT, POUR GAGNER !!

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.