La Poste déboutée, Gaël peut continuer d’intervenir sur les centres

La grève dans le 92 continue, encore plus confiante.

La grève se poursuit chez les postières et postiers du 92 depuis le 26 mars contre le licenciement de Gaël, contre les réorganisations et contre la précarité.

Victoire au tribunal

Jeudi 12 avril, Gaël était assigné au tribunal par La Poste. Elle voulait qu’un juge lui interdise de pénétrer dans les bureaux de poste et qu’il ne puisse plus exercer son mandat syndical. Un rassemblement a eu lieu devant le tribunal de grande instance à cette occasion. Et vendredi 13 avril, la décision est tombée : la direction de La Poste ne pourra pas interdire à Gaël l’accès aux centres mais surtout, elle est dans l’obligation de devoir accepter la délégation choisie par les postières et les postiers et Sud Poste 92. Elle ne peut remettre en cause la mandat syndical de Gaël. C’est évidemment primordial pour le 92, mais cela pourrait également faire jurisprudence pour l’ensemble des syndicalistes sous le joue de la répression patronale !

Six bureaux sont en grève majoritaire et la grève s’étend à d’autres centres où, tout en étant minoritaire, le taux de grévistes est élevé. Les grévistes estiment que c’est le mouvement le plus suivi depuis 2009. La distribution du courrier est extrêmement perturbée : les postières et postiers estiment aujourd’hui que 500 000 plis sont en instance de traitement, les plus anciens datant du 30 mars ; 50 000 recommandés ne sont pas traités et restent stockés. 

Convergences 

Lundi 16 avril, le blocage du centre de Boulogne-Billancourt par des enseignantEs, des étudiantEs, des intermittentEs et les salariéEs de Géodis (Gennevilliers) a paralysé tout le courrier.

Le groupe de grévistes est soudé et ne lâchera rien tant qu’il n’aura pas gagné. Ils et elles sont toujours dans l’attente de se mettre autour d’une table, mais la direction de La Poste fait la sourde oreille. En plus du maintien et de l’extension de leur grève, les postières et postiers du 92 tentent à leur niveau d’être les artisans de la convergence des luttes. Ils sont intervenus à trois reprises lors des assemblées générales à l’université de Nanterre, durant la coordination nationale étudiante du week-end dernier, et ont aussi participé aux initiatives pour que celles et ceux qui luttent et veulent aller jusqu’au bout du combat se fixent leur propre calendrier. C’est pourquoi ils et elles ont répondu présentEs à l’invitation des cheminotEs de Saint-Lazare à participer à leur assemblée générale, et ont été dans la foulée à une coordination interprofessionnelle à l’appel du Front social, de Sud Poste 92 et de Sud Rail Saint-Lazare. De même, ils et elles étaient présentEs à l’AG interprofessionnelle du 19 avril après la manifestation parisienne. Enfin, ils et elles ont soutenu les démarches visant à faire connaître la vérité après l’évacuation de la fac de Tolbiac et aux informations sur des blesséEs dont un grave.

Cette semaine, la lutte continue plus que jamais : pour la réintégration de Gaël, pour les conditions de travail !

Correspondants

__________

Caisse de grève en ligne : https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66

Ou chèque à Sud Poste 92, 51, rue Jean-Bonal, 92250 La Garenne-Colombes, mention « Solidarité grévistes » au dos.

Facebook : Non au licenciement de Gaël Quirante

Twitter : @allgaelquirante 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.