Echos des manifestations du 15 septembre contre la loi travail

 

Nîmes : La matinée a commencé avec un barrage filtrant (une trentaine de personnes) à l'entrée d'une ZI. L'après-midi, manif de 800 personnes, avec les principales sections syndicales du coin avec un cortège FO très très réduit, Nuit Debout, une poignée de lycéen-nes. Point PCF, table NPA : diff tract hebdo, vente journal et distribution d'autocollants. L’accueil a été bon. 

 

Alès : 300 personnes dans la manif. Blocage d'un lycée par l'AG d'Alès tôt le matin. Tête à tête avec les CRS qui a fini avec une interpellation. 

 

Toulouse : Entre 2500 et 5000. Plus gros que le 4 juillet mais plus petit que les dernières manifs de juin. Latécoère en tête en raison des 300 suppressions de postes sur 900 salariés. Ensuite les équipes militantes. La CGT représentait deux tiers de la manif = CGT. FSU invisible, Solidaires et FO autour de 250 chacun.

Forte décrue du pôle Nuit Debout/Intermittents/étudiants/Y'a pas d'arrangement (autour d'une centaine contre un millier avant les vacances). Une 40aine d'autonomes qui partent en manif sauvage à la fin : 6 arrestations.

Au niveau politique, gros cortège du PCF/JC. Bonne apparition du NPA, 600 tracts distribués. Petit cortège du PG. 

Le soir, Nuit Debout Place du Capitole.

 

Rouen : 2000 manifestants. Ce qui est exactement pareil que le 23 juin. Même hiérarchie que d'habitude dans les cortèges : CGT loin devant, Solidaires, FO, FSU microscopique.

Les salariés du CHR du Rouvray en grève depuis 17 jours étaient en tête de manif avec leur banderole (voir ci-dessous), sinon c'était le milieu militant, pas de délégation significative de boîtes, très peu de jeunes. 

Côté NPA : point fixe au début de la manif, avec diff tracts appelant au meeting avec Philippe à Rouen le 29 septembre. Un beau collage d'affiches du meeting fait hier soir s'est vraiment remarqué.

 

 

Pau : Un millier de manifestants à Pau.

 
Perpignan : 500 à Perpignan. Mieux que le dernier rassemblement anti loi travail. Ambiance plutôt combative. Grosse présence de la CGT. Peu de secteurs en grève (10% chez les cheminots selon la CGT).
Nous avons distribué notre tract (300) et le tract unitaire de l'"Observatoire en défense des droits et libertés démocratiques" annonçant un meeting fin septembre avec notamment les Goodyear et probablement notre camarade Fadela.
Présence du pcf faisant signer son questionnaire et d'un petit cortège "France insoumise" où une Marseillaise a tenté d'être lancée… sans grand succès.

 

Narbonne : 200 personnes à Narbonne (11) ce soir, en majorité de la CGT. Des prises de paroles de la CGT, de la FSU, de FO, de Nuit Debout Narbonne et d'une animatrice périscolaire pour annoncer la grève dans ce secteur lundi 19.

 

Sur Tours, 1500 personnes. Principalement CGT. Ça correspond à une mobilisation correcte du milieu militant. Des AG ont repris à la fac ; elle réunissent une petit centaine de personnes.

 

La manif a rassemblé 500 personnes à Angoulême. C'est plutôt pas mal compte tenu de ce qu'on entendait avant... Le plus gros cortège était CGT. Le cortège FO était assez fourni et plutôt jeune et dynamique. On a retrouvé beaucoup des militants d'avant les vacances, toujours présents. Il y a eu peu de débrayages dans les boites. Mais l'ambiance était à trouver que la manif était réussie dans le contexte actuel.

Le milieu politique était bien représenté. Nous avions nos drapeaux du NPA ; LO était présent aussi mais sans drapeaux.

 

Dijon : La manifestation a rassemblé un millier de personnes, dont environ une centaine de manifestants dans un premier groupe derrière une banderole “on est encore là prêts à foutre le souk”, qui sont passés devant, entrainant pas mal de jeunes. La force dominante est la CGT, avec aussi une proportion non négligeable de la mouvance Nuit debout…
Plutôt réussi malgré les problèmes; mais la cassure syndicats et “jeunes” est accentuée , entre les slogans contre la loi travail et la banderole du groupe de tête. Là est la régression par rapport au printemps où la convergence avait été difficilement maintenue. Par ailleurs une Ag de 100 participants a eu lieu en fac et nuit debout se manifeste  à nouveau.

 

Chambéry : 500 manifestants. C'est loin d'être ridicule : le milieu militant a bien répondu présent.

 

Avignon : Petite manif en fin de matinée à Avignon, entre 600 et 700 participants. Pour terminer, les traditionnelles prises de paroles des orgas syndicales avec rejet radical de la loi travail, appel au soutien aux luttes en cours et solidarité active lors des procès de syndicalistes et manifestants.
 
 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.