Échos des manifestations du 12 septembre

-A +A
Social (autres)
actualité

 

Alsace

Très bonne mobilisation a Mulhouse le CGT majoritaire , avec 1500 personnes se qui est vraiment très positif pour une première mobilisation , une surprise même pour les militants , les petite boites beaucoup plus mobilisé que les grand structure . Mais cette journée va jouer pour le 21 septembre et être utilisé comme point d'appui et faire grossir le mouvement avec des boites en grèves , l'attaque contre les emplois aidés a jouer aussi dans cette première journée .

 

Aquitaine

Bordeaux : Comme partout, la manif a été très reussie, très dense avec une ambiance particulière, de la fierté d'être là. Tous les militants ont été contents et confortés. Les tracts sont partis vite. Philippe a été très sollicité. Les syndicats annoncent entre 12000 et 15000. En tout cas plus gros que ce que les uns et les autres espéraient.  

 

Bourgogne-Franche-Comté

2200 pour Besançon, ce qui est très bien pour une manif de rentrée. Cortège sympa, avec bien sûr une grosse présence CGT, Sud bien présent et quelques FSU. Egalement des manifestants de FO assez nombreux et quelques CFDT. On a défilé en cortège NPA.

Pour le JURA, 500 à 600 à Dole, 150 à St Claude et 600 à 700 à Lons. Une majorité de CGT, peu de FSU et un peu de SUD. 

Bretagne

8 à 10 000 manifestantEs en Finistère dont environ 4000 à Brest, 3000 à Suimper, 500 à Carhaix, autant à Quimperlé et 1 millier à Morlaix. Forte présence CGT, bonne mobilisation de Solidaires et présence de FO, de l'Unsa et de militants CFDT, ainsi que quelques CNT.

A Quimper présence aussi du Front social, de France Insoumise, du PCF. En fin de manif, petite AG du Front Social. Intersyndicale cet après-midi.

A Carhaix 500 personnes.

 

Charente

Manifestation réussie aussi à Angoulême avec 2500 personnes d'après la presse. C'est bien pour une manif de début. Très majoritairement CGT, puis Solidaires et un peu FSU. Milieu politique présent : FI, PCF, LO et NPA. FI a distribué pour le 23. L'UD CGT a organisé l'après midi une AG de responsables de syndicats un peu élargie. Uns soixantaine de présents représentants sans doute une quarantaine de syndicats du public et du privé, et les retraités en plus. Tout le monde surpris et contents du succès de la manif. Beaucoup de discussions sur le fait de ne pas recommencer les sempiternelles manifs “qui font le tour de la ville”. Pour beaucoup il faut “durcir” le mouvement en bloquant les routes ronds points, etc.

 

Centre

Blois : plus de 1000 personnes (la bonne surprise!), pareil pour la CGT, des drapeaux FO aussi, des copains/copines de la FSU, quelques Solidaires. Pas de jeunes ni lycéens mais des gens qu’on n’avait pas vus depuis 2010 et des nouveaux/nouvelles, des municipaux qui d'habitude font grève mais ne viennent pas au manif.

Tours : Autour de 5000 manifestants. Ce qui est bien pour une manif de rentrée. Le plus gros étant le cortège CGT, très fourni. Un réel cortège FO. Solidaires bien représenté. Un cortège FSU (en particulier les enseignants des lycées agricoles). Pour ce qui est des forces politiques ; PCF/JC, LO, un assez gros cortège FI, petit regroupement EELV, très petit groupe (5/10) PS.

 

Corse

Environ 500/600 personnes (FO et CGT annoncent “presque 1000”) très paisibles, assez âgé, pas de slogans, très majoritairement CGT, un peu de FO, quelques FSU et CFE-CGC.
Une centaine de CRS bien habillés planqués derrière la préfecture…

 

Languedoc-Roussillon

Environs 4000 personnes à Nîmes, gros cortège CGT, avec les principales sections syndicales gardoises du privé, Haribo en tête entre autre, Perrier, Areva, Salins du midi... Un importante apparition des pompiers (SUD) avec 2-3 camions. Apparition politique de la FI, PCF, NPA. Le matin, la manif d'Alès a réunit 1500 personnes (apparition et tractage NPA). Rassemblement à Bagnols aussi. AG de cheminot-es au dépôt : - d'une centaine de grévistes présent.

Un succes également pour les Pyrénées-Orientales. Cgt fsu solidaires fo étaient présentes. Environ 5000 sur Perpignan. 6500 selon la cgt. La manifestation était combative.

 

Midi-Pyrénées

Toulouse : 8000 selon la police, 16000 selon l'intersyndicale (CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UET). La moitié était constituée par la CGT. La FSU a rassemblé 500 personnes, Solidaires 1200, la FI 1000. Une bonne manifestation, qui a donné confiance aux militantEs. Du niveau des manifs moyennes pendant la loi travail. La faiblesse est qu’aucun secteur ne semble pour l'instant en position de discuter de partir en grève. Du côté des cheminots, un départ de la gare a rassemblé 150 personnes. Pas mal de boîtes du privé à chaque fois autour des équipes militantes CGT. Dans la jeunesse, un cadre unitaire large existe mais pas de réelle mobilisation car notamment Le Mirail ne rentre que le 25 sept. Un point fixe dynamique du NPA (3000 quatre pages distribués - c'était pas assez...) avec pas mal de camarades, des nouveaux... Un bon accueil. Beaucoup de discussions...

 

À Montauban, plus 1000, identique au 9 mars 2016. Surtout CGT.

400 personnes à Albi

 

Nord Pas de Calais

Environ 10 000 personnes à Lille. La CGT était majoritaire, étaient également présentes Sud, FSU et une vraie présence FO (dont l’UD 62). Tout le monde très content du nombre sans doute assez au dessus des attentes et une bonne manif, dynamique en slogans y compris dans les cortèges syndicaux d'habitude “plan plan”. Présence significative de jeunes, quelques centaines d'étudiants de Lille 1 et Lille 3 (avec cortèges des très animés) et des lycéens par-ci par-là. 

En tout 20 000 annoncé sur la région NPDC (10 000 sur les manifs locales du matin + 10 000 à Lille l'aprem).

Du côté des cheminots, il y a eu une centaine de manifestants, surtout CGT, quelques Sud.

 

Normandie

À Rouen, 6000 personnes sous une pluie battante. Un peu de FO présents et une section Cfdt. Cortège Solidaires plutôt gros... Surtout dans le privé. Quasiment pas de jeunes. AG appelée par le Front social (et relayée par Solidaires) en fin de manif : une grosse centaine de personnes malgré une tentative policière de l'empêcher.

Le Havre : De nombreux appels à la grève de 3 ou 4h ont été lancés dans les entreprises de l'agglo... Il a été difficile de remobiliser dans les secteurs de la chimie qui avaient tenu la reconductible en 2016 (Chevron, total, Cim). Mais il y a eu de grosses AG à la SNCF et à Sidel. 50% de grévistes annoncés à Chevron. Des salariés ont utilisé des RTT pour manifester. Au final, il y a eu 10 000 manifestants annoncés (4 500 selon la police). La représentation syndicale était assurée par la Cgt à 90%, plus la FSU, Solidaires et une (petite) fraction de FO. Pas de jeunes scolarisés. Pas mal d'inorganisés aussi.

Evreux : le journal Paris Normandie a publié le chiffre de 1 200 personnes, les organisateurs ont annoncé 2 000. La CGT était en tête (le plus groupe des troupes) suivie par FO et quelques FSU. SUD, petit cortège, avait une banderole. Notre autocollant "le cochon Macron" a été réclamé par plusieurs personnes.  

 

PACA

La CGT annonce 60 000 personnes à Marseille. Elle s'est déroulée du vieux port à Castellane en continu. La CGT était très forte, puisla FSU et Solidaires. La manifestation a été tranquille, de la bonne humeur et beaucoup d'enthousiasme car c'est un très beau chiffre pour une première. On repart avec de la confiance pour la prochaine du 21.

5 à 6000 personnes sur Avignon. C'est énorme pour une première journée de mobilisation puisque cela correspond au point culminant des manifs contre la Loi Travail en 2016. Localement l'appel était lancé par CGT-Solidaires-FO-FSU-UNEF. Présence majoritaire de la CGT dans la manif avec des cortèges de nombreuses boîtes. Solidaires principalement représenté par SUD-PTT et SUD-Santé Social qui est en pleine mobilisation sur le travail social. Cortège FSU avec belle présence du SNES qui n'avait pas mobilisé en 2016. Cortège FO assez grand vu l'absence d'appel au niveau national avec un appel à la greve generale au micro. Hélas, aucune présence de la jeunesse sur cette manif.
Petit cortège du Front Social d'une dizaine de personnes en queue de manif vu que les militantEs Solidaires et CGT étaient dans leurs cortèges respectifs. 1000 tracts Front Social distribué pendant la manif.
Au niveau politique, présence d'un cortège FI. Diffusion et table de presse du PCF en debut de manif, PRCF, POID vendait son journal.

 

 

Paris

La manifestation parisienne a été conséquente avec 60 000 annoncés par syndicats, 20 000 par la police. Probablement 80% de CGT, puis Solidaires dense mais plombé par 3 h d'attentes avant le départ, FO petit mais visible, FSU également et tout petit cortège CFDT. Le Front Social a manifesté entre la CGT et Solidaires, un cortège de 2 ou 300 dont un pôle des lycées mobilisés surtout dans le 93. A noter une tête de manif inédite : au moment du passage sur notre point fixe les éléments habituels des cortèges de tête, puis les forains qui s'étaient faits remarquer depuis le matin par des actions de blocages dans divers points de la région parisienne. Les cortèges étaient nombreux, c’était une démonstrations de force de la CGT. Sur notre point fixe, excellent accueil, nous avons diffusé 7 500 quatre-pages et nous sommes retrouvéEs en rupture de stock, ainsi que des milliers d'autocollants.

Les photos de la manifestation parisienne

Saint-Denis : Mobilisation modeste mais intéressante à l'AG intersyndicale (à l'appel des UL Solidaires, FO et CGT de Saint-Denis). Pas mal de personnels éducation nationale, mais aussi des cheminots CGT, un représentant de Sud de l'hôpital, et des territoriaux (CGT, FO et Sud). Mis en place des "piquets volants" pour faire connaître la date du 21 et une nouvelle AG de grévistes convoquée pour jeudi prochain.

 

Pays de la Loire

Belle participation : 4000 à Saint-Nazaire, 15000 à Nantes. A Saint-Nazaire, bonne préparation par un Front social très unitaire, cortège NPA très animé. A Nantes, cortège 50% CGT, très peu de FO malgré l'appel de l'UD FO, quelques Solidaires et FSU. Parmi les non syndiquéEs, population très mélangée : jeunes, voire très jeunes, retraitéEs... Une vraie demande d'info, de discussion et d'échange. Un cortège de jeunes Contrats aidés, employés d'assos principalement, qui continuent à s'organiser localement. Partis habituels : PCF/JCF, LO, POI, AL, NPA. Mouvance "libertaire" importante. Assos habituelles (Attac, LDH...). Un peu de grabuge avec les CRS en fin de manif, sur provocation policière.

Au Mans aussi la manif d'hier était plutôt une belle réussite! Environ 4000 personnes, ce qui a agréablement surpris pour une rentrée. L'ambiance était assez déterminée, même si ça pouvait varier d'un cortège à un autre. Au niveau jeunes, un cortège lycéen d'une trentaine de lycéen-ne-s.

 

Rhône-Alpes

3000 personnes à Chambéry, ce qui constitue de l'avis de tous une bonne base de départ. Les boites métallurgiques des vallées sont descendues. La manif avait une moyenne d'âge assez élevée mais une volonté d'en découdre bien réelle. Le gros du cortège était CGT, mais il y avait égalemetn un bon cortège de FO. L'UD CGT est offensive et a animé à la fin de la grève une petite AG, sur le thème “comment construire entre le 12 et le 21”. Quelques actions de mobilisation ont été décidées.

LyonUne première manifestation réussie contre les ordonnances Macron malgré les tentatives de division. la manifestation a été une réussite pour une première journée de mobilisation avec plus de 10 000 personnes.  L'Etat a clairement voulu empêcher la manifestation syndicale contre la loi travail de s'élancer. Dès le départ, la police a encerclé près d'une centaine de manifestant-e-s. Il s'agissait d'une véritable garde-à-vue à ciel ouvert qui a duré plus de deux heures. Comme l'année dernière lors du mouvement contre la loi El Khomri, la police n'a pas hésité à gazer et à matraquer celles et ceux qui luttent. Face à cette répression, la manifestation a su rester unie afin d'exiger la libération des manifestant-e-s encerclé-e-s. Grâce à cette solidarité, la police a fini par libérer les militant-e-s. La manifestation a alors pu reprendre jusqu'à la place Bellecour, dans une ambiance dynamique. Les tentatives de division du pouvoir ne nous arrêterons pas. Au contraire, notre détermination n'est que renforcée pour construire une mobilisation d'ampleur d'ici la prochaine manifestation le 21 septembre. 

Lire l’article de 20 Minutes.