Consolider, étendre la mobilisation, vers la grève générale

Après une première journée de mobilisation réussie, le plus difficile reste à faire : construire la mobilisation dans la durée tout en réussissant à l’élargir au-delà des secteurs mobilisés ce 5 décembre. Cet enjeu est bien perçu par le gouvernement, qui continue d’affirmer qu’il fera la réforme des retraites coûte que coûte et persiste dans sa volonté de disloquer le front qui est en cours de constitution.

Tout d’abord son projet de discréditer le mouvement par l’étalement dans les médias à échoué. Ce n’est pas faute pour BFMTV ou CNEWS d’avoir occupé les écrans à longueur de journée avec des images de “violences” traquées aux quatre coins des régions et à Paris. Au bout du compte il ne restait plus à Édouard Philippe qu’à rendre hommage aux organisations syndicales qui ont organisé les manifs... Dans le même temps les membres du gouvernement ont littéralement occupé les médias pour tenter de convaincre de l’incongruité de ces manifestations. Ministres, porte-parole et journalistes aux ordres se sont relayés pour nous expliquer que la réforme était juste, que les syndicats et les enseignants n’avaient rien compris. Les tentatives de division, de déminage se sont multipliées : une enveloppe supplémentaire pour les hôpitaux, des promesses de ne rien toucher pour les gardiens de l’ordre, et une manne salariale pour les profs. Le Père Noël avec 20 jours d’avance.

Mais sentant que tout cela ne prenait guère, le gouvernement change de braquet en matière de calendrier. Ce qui devait prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, est compressé en quelques jours. Mercredi 11, nous saurons presque tout et on pourra passer rapidement aux conclusions en début d’année…

Les “concessions” du gouvernement au mouvement devraient tourner essentiellement autour de l’étalement de la mise en œuvre de la réforme tout en reportant les mesures financières (la réforme paramétrique c’est-à-dire le report de l’âge de départ à taux plein), jugées hier urgentes.

Regarder en face les difficultés de la mobilisation

L’idée c’est de s’attacher les bonnes grâces des directions syndicales comme celle de la CFDT favorables à la réforme mais qui ne peuvent abandonner toutes leurs demandes au risque d’y laisser une nouvelle fois des plumes sous forme de départ d’adhérentEs. Et de permettre aux directions confédérales ou fédérales les moins disposées à construire et élargir la mobilisation de préparer un repli en bon ordre.

Les limites de la mobilisation du 5 décembre pourraient faciliter ces manœuvres. Tout d’abord la moindre mobilisation dans le secteur hospitalier, confronté à une lutte “professionnelle” de longue haleine, à des crispations liées aux divisions sociales de la profession. Avec peut être des espoirs d’être moins mal traitéEs sur la question des retraites via la prise en compte de la pénibilité. Et surtout la faible mobilisation dans le privé malgré une prise conscience des enjeux mais face aux difficultés de faire grève, à la perte de de culture, confiance dans la possibilité de gagner par le blocage de l’économie. Il y a un risque d’isolement du secteur public. 

S’appuyer sur les forces du mouvement

Mais, pour l’heure, la forte mobilisation du 5 paraît avoir conforté les secteurs mobilisés. La grève a été exceptionnelle dans les transports et dans l’éducation. Elle a été forte dans d’autres services publics. Même si les grèves ont accusé un recul ce vendredi, elles promettent de rebondir fortement la semaine prochaine, en s’appuyant sur les journées appelées le 10 puis le 12 décembre. Ces journées de grèves doivent être des points d’appui pour construire la lutte là où c’est le plus difficile, et créer des moments de convergence pour les secteurs en grève reconductibles. Notre objectif est que, malgré des rythmes différents, tout le monde s’engage dans la grève.

Les rencontres de différents secteurs donnent confiance. Des discussions se multiplient au niveau local entre salariéEs des transports, enseignantEs, Gilets jaunes, et d’autres encore. Cela sert à rythmer la mobilisation, à se renforcer et à discuter sur le fond des objectifs du mouvement, de ses revendications.

L’intransigeance mais aussi les flottements du gouvernement donnent envie de pousser l’avantage. Mais surtout c’est l’immense colère contre Macron et son monde "révélée" par les Gilets jaunes qui pourrait bien fournir le carburant nécessaire à l’amplification de la mobilisation. Les reconductions déjà actées jusqu’à lundi vont permettre d’aller à la rencontre de celles et ceux qui hésitent à se mobiliser, à discuter des moyens de construire la mobilisation par le choix des objectifs de la bataille, par l’auto-organisation indispensable pour boucher les trous laissés par le calendrier des directions syndicales. Multiplier les rencontres interpros locales, élire des comités de grève permet de solidifier le mouvement, de l’ancrer sur le plan local.

Une bataille politique

Pour gagner le privé au mouvement, il ne faut pas hésiter à défendre des revendications qui font le lien entre public et le privé, comme la retraite à 60 à taux plein. Mais aussi à discuter, comme cela se fait de façons variées, à orienter le combat contre Macron. Oui, la bataille pour les retraites est une bataille contre un projet de société rétrograde, incarné par Macron. Il faut le dégager, ainsi que le pouvoir et le patronat qu’il sert. Construire la grève générale, dégager Macron, c’est un combat pour une autre société.

Robert Pelletier

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.