Bretagne : De l’animation dans le mouvement social !

Le 19 septembre dernier, à l’appel d’une intersyndicale très large (CGT, UNSA,FSU,CFTC,SUD, FO), les animateurEs étaient appelés à la grève pour réclamer le retrait du décret du 2 août 2016 pérennisant les taux d’encadrement dérogatoires pour les accueils périscolaires (1 pour 14 enfants de moins de 6 ans et 1 pour 18 enfants à partir de 6 ans).

La plateforme reprenait aussi des revendications sur la professionnalisation de leurs métiers, la titularisation des animateurEs du public et l’exigence de véritables CDI pour celles et ceux du privé, la possibilité d’accès à la catégorie B de la fonction publique, la création d’une catégorie A pour les missions de responsabilité, un vrai déroulement de carrière pour les ATSEM…
Lors de cette journée, une quarantaine d’animateurEs d’Ille-et-Vilaine (et de Bretagne) ont manifesté devant la mairie de Rennes, répondant à l’appel d’un collectif qui vient de se constituer, le Collectif des animateurs et précaires qui relayait localement l’appel de l’intersyndicale nationale.

Structurer et élargir

Venant des différents secteurs de l’animation, du secteur privé, des animateurEs volontaires, de la formation (éducation populaire), de l’animation périscolaire de la fonction publique territoriale, des ATSEM, ces manifestantEs représentaient bien toutes les facettes de ces métiers, exprimant à la fois les difficultés, l’aggravation de leurs problèmes depuis la mise en place des TAP (réforme des rythmes scolaires), les revendications de la plate­forme intersyndicale, ainsi que leur refus des abus de la part des employeurs (souvent des municipalités !) concernant le recrutement sur des contrats d’animateurs volontaires (comme pour les colos) de personnels affectés à des missions pérennes, l’usage de « lettres d’engagement » équivalentes à des contrats « zéro heure »...
Reçus en délégation à la DDCSPP, ils et elles ont été poliment écoutés... et ont promis de revenir le lundi 3 octobre pour obtenir des réponses... D’ici là, il est déjà prévu de se revoir afin de structurer et d’élargir le mouvement, de s’organiser, et de susciter le soutien à la lutte (l’AG de Rennes 2 s’est exprimée en ce sens). Bien entendu, le NPA ne manquera pas de leur ­apporter son appui.

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.