Toulouse : 4e semaine de grève et de blocages aux finances publiques

Mobilisation historique aux finances publiques à Toulouse. Les agentEs entament ainsi leur 4e semaine de grève et de blocages. Malgré les tentatives d’intimidation de la part de la direction locale, les agentEs ne lâchent rien pour leurs emplois, leurs missions et plus largement pour le service public de proximité.

Depuis le 28 janvier, à l’appel de l’intersyndicale (Solidaires, CGT, FO et CFDT), les agentEs des finances publiques de Toulouse sont en grève et bloquent les principaux centres des finances publiques, comme ceux de Rangueil, les Carmes, la Cité administrative, Basso-Cambo, Muret et Saint-Gaudens. 

Un mouvement qui tient malgré les intimidations

Les agentEs se sont emparés de la campagne médiatique du prélèvement à la source pour faire entendre leurs revendications et sensibiliser l’opinion publique sur la portée toxique des réformes actuellement engagées contre la justice fiscale et l’avenir des services publics. Au-delà, ils portent les revendications exprimées nationalement par l’intersyndicale et bâtissent un revendicatif local sur tous les sites. 

Face à ce mouvement inédit, la direction locale fait la sourde oreille et refuse de répondre aux questions des agentEs mobilisés pour leur avenir, aux interrogations sur le devenir de leurs missions. Pire, c’est désormais l’intimidation qu’elle met en œuvre en envoyant un huissier le 15 février pour constater que l’entrée des personnels était bloquée et pour remettre aux agentEs une lettre comminatoire. 

Mais cette tentative d’intimidation n’a pas eu le succès escompté par la direction, bien au contraire. Les agentEs se sont retrouvés en AG à la direction régionale, le 18 février, et on reconduit leur mobilisation et leurs modalités d’action (blocages, assemblée générale sur les principaux sites). Du côté de la direction régionale, on minimise volontiers le mouvement en pointant un nombre très marginal de grévistes sur les 1 850 agentEs du département. Mais on se refuse à tout autre commentaire. Le bras de fer n’est pas terminé, loin de là. 

Les agentEs toulousains ne sont pas seulEs à se mobiliser. Partout sur le territoire, depuis le 2 janvier 2019, des actions, des grèves, des mobilisations ont lieu sous de multiples formes. Un mouvement appelé à s’amplifier avec la décision de l’intersyndicale nationale de 3 jours de grèves nationales les 14, 19 et 29 mars prochain. La lutte aux finances publiques ne fait que commencer ! 

Correspondante

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.