Licenciement de Gaël : plus que jamais mobiliséEs

Comme ils l’avaient annoncé, les postierEs du 92 n’ont pas arrêté leur mobilisation contre le licenciement de Gaël le jour de l’officialisation du licenciement de notre camarade par la direction de La Poste.

Après avoir appris son licenciement oralement lors de la tentative, de la part d’une délégation de grévistes, d’être reçus par la direction de La Poste, Gaël a finalement reçu, par recommandé, le courrier officiel de licenciement pour faute lourde le 4 avril.

Dès l’annonce de l’autorisation de licenciement par la ministre du Travail Muriel Péricaud, les postierEs du 92 se sont mobilisés. Depuis le 26 mars, des facteurEs mènent ainsi une grève reconductible majoritaire à Boulogne-Billancourt, Levallois-Perret, Asnières-sur-Seine, Neuilly-sur-Seine, Villeneuve-la-Garenne et Gennevilliers. « Clichy nous a rejoints jeudi avec 70 % de grévistes », se réjouit Gaël. « Depuis 2009, on n’avait pas vu une mobilisation aussi rapide ». Depuis, les grévistes multiplient les prises de parole dans les différents établissements « marqués à la culotte » par les sbires de La Poste qui tentent d’empêcher l’élargissement du mouvement. 

Déni de justice

De son côté, soumise à une forte pression médiatique, la ministre a été contrainte de fournir, dimanche dernier sur France 3, une lamentable et provocatrice justification : « Moi, j’estime qu’un ministre n’est pas au-dessus de la justice. Quand il y a deux condamnations pénales et une condamnation du tribunal administratif qui invalide la décision des prédécesseurs sur ce sujet, je considère que mon devoir, c’est une certaine neutralité par rapport à la justice ». Étonnante neutralité quand on sait qu’à plusieurs reprises l’inspection du travail et le tribunal administratif ont refusé le licenciement de Gaël. 

Mais pas de quoi décourager les postierEs, dont la mobilisation qui concerne plusieurs centaines de salariéEs est confortée par les résistances qui s’amplifient dans de nombreux bureaux de poste et centres de tri, dans tout le pays. Dans les Yvelines, l’Ile-et-Vilaine, la Gironde, les Bouches-du-Rhône et dans bien d’autres régions, postiers et postières protestent contre les suppressions de postes, la dégradation des conditions de travail, la répression. Avec un mouvement assis sur des assemblées générales, la constitution d’une caisse de grève, la résistance des postierEs est organisée pour durer. Et surtout le développement de la lutte autour des cheminotEs permet de renforcer la mobilisation tout en tissant des liens avec tous les secteurs en lutte.

Les cheminotEs ne gagneront pas seulEs. Les -postierEs ne gagneront pas seulEs. Mais tous ensemble…

Robert Pelletier 

Pour soutenir les grévistes, donnez à la caisse de grève :

https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66

Ou envoyez un chèque à SUD Poste 92

51, rue Jean-Bonal

92250 La Garenne-Colombes

Mention « Solidarité grévistes » au dos

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.