La Poste : contre la régression et la répression, les mobilisations continuent

De nombreuses mobilisations sont en cours à La Poste.

Dans le 92, après deux mois de grève, La Poste a mis des paies à 0 euros aux 150 grévistes factrices et facteurs. Mais grâce à leur caisse de grève et à leur détermination, ils et elles continuent à mener une politique d’extension de leur mouvement : journée de grève commune avec la PIC de Villeneuve--la-Garenne contre la fermeture du centre, intervention auprès des facteurs du 78 en grève le 29 mai.

Des succès

Avec deux mois de grève pour les facteurs des 4e et 14e arrondissements de Marseille et quatre mois pour ceux de Rennes, ils ont largement fait reculer les projets de réorganisations de leurs direction. 

Dans les Yvelines, les facteurs étaient en grève le 15 mai contre la pause méridienne et les îlots, plusieurs centres étaient en grève majoritaire, comme Magny-les-Hameaux ou Mantes-la-Jolie. Plus de 90 collègues se sont réunis en assemblée générale départementale. Ils et elles ont décidé d’être à nouveau en grève à partir du 29 mai, en participant à une journée d’action commune avec les cheminotEs du département.

Après les grèves ayant touché le 33, 35, 13, 92, plusieurs grèves départementales sont prévues en juin : dans le 78 le 14 juin, dans le 84 le 15 juin. Deux centres de tri courrier de La Poste, Mortain (Manche) et Vire (Calvados) étaient en grève le 1er juin.

TouTEs ensemble !

Avec la multiplication des mobilisations, c’est plus que jamais un « touTEs ensemble » qui est à l’ordre du jour. La fédération SUD PTT appelle, enfin, à un rassemblement au siège de La Poste le 11 juin à 13 h au siège national de La Poste, au 22, rue Guynemer à Issy-les-Moulineaux, et à une nouvelle manifestation au siège des Plateformes industrielles du courrier (PIC) le 12 juin. 

Gaël convoqué au commissariat

Après son licenciement, un procès en référé perdu par La Poste pour tenter de l’empêcher d’entrer dans les centres postaux, les visites de la police à son domicile… l’acharnement répressif contre Gaël Quirante a encore franchi un cap avec une convocation au commissariat le 5 juin, au moment où les postiers du 92 en étaient à leur 69e jour de grève. Un rassemblement a été organisé pour dissuader la police de le retenir et bien évidemment pour exiger qu’aucune poursuite ne soit engagée.

PR et correspondants

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.