Grève à La Poste 92 : de nouvelles actions… et des soutiens internationaux

Après plus d’un an de grève des postiers et postières du 92, la direction continue à faire patiner les négociations. Car La Poste refuse toujours d’accéder à la principale revendication des grévistes : l’arrêt des suppressions d’emplois et des réorganisations dans le département.

Pour maintenir la pression sur la direction, postiers et postières, accompagnés de leurs soutiens, ont donc repris les actions en direction du siège de La Poste, ainsi que des pouvoirs publics. Le 17 avril, ils se sont rendus au siège de la Banque postale, où Philippe Wahl, patron de la boîte, devait présider les « Assises de la Banque citoyenne » (!). Mais alors que La Poste annonçait qu’un DRH devait venir à la rencontre des grévistes, c’est la police qui est rapidement arrivée sur les lieux. Ce qui montre la volonté réelle de négociation de la direction…

Grévistes déterminés

Mais cela n’a pas entamé la détermination des grévistes, qui le lendemain se sont rendus au ministère de l’Économie, puis au ministère du Travail, afin de remettre un dossier, établi par Sud Poste, démontrant comment la direction de La Poste vole, depuis des années, du temps de travail aux postiers et postières.

Dans le même temps, le soutien à la grève s’élargit, et dépasse les étroites frontières hexagonales. En effet, la CGT Correos, un syndicat de postierEs de l’État espagnol, a décidé d’appeler à des rassemblements de soutien à la grève le 30 avril à Barcelone, Madrid, Valence et Séville. Et ce soutien se manifeste également outre-Atlantique : à l’initiative de militantEs du syndicat « Local 217 » , un rassemblement de soutien aura également lieu le 30 avril à New York !

Ces manifestations démontrent le large soutien dont bénéficie la grève…

Soutien nécessaire 

Si La Poste maintient le bras de fer, alors qu’elle a perdu sur la question du licenciement de Gaël, c’est parce qu’elle veut faire entériner 3 projets : officialiser la fin du fini-parti, pour faire distribuer des colis, de la publicité non-adressée, ou imposer des tournées supplémentaires ; adapter la durée journalière de travail au trafic ; imposer la méridienne sur les centres et la mise en place d’îlots. La boîte se dit que, si elle arrive à terrasser la grève, elle pourra dérouler tranquillement ces projets. A contrario, une victoire des grévistes ouvrirait une brèche pour remettre en cause tous ces projets mais également toutes les réorganisations qui depuis des années ont considérablement dégradé le métier de facteur.

Mais pour pouvoir gagner, les grévistes ont besoin du soutien financier. Car après un an avec des paies à 0 euros, les situations financières inextricables se multiplient pour les grévistes. Il est donc vital pour la grève que chacun et chacune continue à verser et à faire verser à la caisse de grève (chèques à l’ordre de Sud Poste 92, mention « solidarité grévistes » au dos, à envoyer à Sud Poste 92, 51 rue Jean-Bonal, 92250 La Garenne-Colombes ; par virement sur le compte de Sud Poste Hauts-de-Seine : IBAN FR76 4255 9100 0008 0033 2571 214).

Et pour pérenniser le soutien à un syndicalisme de lutte, vous pouvez également adhérer à l’association « les Amis de Sud Poste 92 », par virement mensuel (10 euros par mois : IBAN FR76 4255 9100 0008 0233 1417 622).

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.