Aéroports de Paris : un pactole qui suscite des convoitises

Le transport aérien doit doubler sur les 15 ans à venir. En perspective : des aéroports qui grossissent, font du profit sur les taxes, mais aussi sur l’immobilier alentour, et aussi sur les boutiques de luxe qui profitent qu’une clientèle riche y est en attente. Voilà qui suscite bien des convoitises…

Aéroports de Paris (ADP) est assis sur une confortable rente de situation. 70 millions de passagerEs transitent par Roissy-Charles de Gaulle. Des milliards de profits. En octobre, la loi PACTE a programmé la privatisation de cette tirelire géante ainsi que celle de la Française des jeux. Et bien sûr qui ­retrouve-t-on sur les rangs ? Le bon copain Vinci, qui vient de racheter le principal aéroport de Londres en décembre. Le mouvement des Gilets jaunes est venu perturber ce beau programme, notamment en dénonçant la privatisation des autoroutes (Vinci déjà…) et ­l’augmentation incessante des péages.

S’opposer

Gauche et droite unies au Sénat ont rejeté la loi en question. Mais le gouvernement veut passer en force en avril à l’Assemblée nationale. Les syndicats d’ADP sont vent debout contre ce projet, mais les mobilisations souffrent du fait que cette entreprise est maintenant majoritairement composée de cadres, la plupart des activités (nettoyage, bagages, piste, sûreté, comptoirs…) étant sous-traitées à de nombreuses entreprises, avec des salaires souvent bloqués au SMIC. Les compagnies aériennes françaises ne voient pas d’un bon œil non plus cette privatisation, craignant des hausses continuelles de taxes, ADP étant déjà un des aéroports les plus chers d’Europe. Et du coup favorisant les flux de trafic passant par d’autres aéroports (Istanbul, Qatar…)

Ce projet tombe en pleine actualité du bilan de la privatisation scandaleuse de l’aéroport de Toulouse, privatisé il y a 4 ans, déjà sous Macron ministre de l’Économie. Au départ bradé à des investisseurs chinois basés dans des paradis fiscaux, qui revendent actuellement au double de leur achat, après s’être confortablement servis en dividendes…

Jet Aelys

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.