Sélestat (67) : 2 400 manifestantEs contre « l’hôstérité »

Samedi 27 février, l’appel à manifester de l’association du personnel « Je veux un hôpital à Sélestat » (JVHS) a rencontré un véritable succès : 2 400 personnes ont battu le pavé, au côté des travailleurs hospitaliers, des syndicats (CGT, FO, CFDT, CFTC, UNSA, FNSEA), des élus locaux (LR pour la plupart...) et du NPA Sélestat/Bas-Rhin – seule force politique affichée –, pour le maintien du service de réanimation et la sauvegarde de ce centre hospitalier qui concerne 180 000 habitants. Cette mobilisation, d’une ampleur inédite pour notre sous-préfecture alsacienne de 20 000 âmes, a également offert un cadre d’expérimentation de la solidarité interprofessionnelle avec la présence d’un cortège de salariés de l’entreprise Albany International Sélestat luttant contre la réorganisation de leur département « Recherche et développement » (22 postes menacés sur les 25 postes actuels).

Les élus et des représentants du mouvement ont été reçus en fin de manifestation par le sous-préfet qui s’est abstenu de toute annonce publique. Quelles sont les raisons de ce succès ? La récurrence des attaques visant l’hôpital de Sélestat et, corrélativement, la prise de conscience d’être confronté à une politique visant à le démanteler progressivement : suppression par la direction de 25 postes et non- renouvellement de CDD en 2012, fermeture par l’Agence régionale de santé en 2015 de l’unité de néonatalogie en dépit d’une campagne de pétition d’envergure (20 000 signatures), projet de création en 2016/2017 d’un centre intercommunal par fusion avec l’établissement hospitalier d’Obernai (26 km de distance...) et donc, fermeture en avril 2016 du service de réanimation, ce qui rend caduque toutes les activités chirurgicales sur ce site pourtant rénové en 2011. Une étape significative vient d’être franchie. Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.