Hôpital de Bastia : des militantes de la CGT en grève de la faim

-A +A
Santé
actualité

Depuis le 30 octobre, trois responsables de la CGT de l’hôpital de Bastia sont en grève de la faim. Le syndicat majoritaire au sein de l’établissement entend dénoncer des suppressions de postes et une pénurie qui touche aussi bien le matériel que les médicaments.

Un plan de financement de travaux de modernisation, annoncé depuis vingt ans et toujours en attente de réalisation, est exigé. Selon la CGT ce plan doit être financé à 100 %. 

Déficit de 50 millions d’euros

À cette première revendication s’ajoute la demande de déblocage d’une enveloppe de 15 millions d’euros afin de répondre dans l’urgence aux besoins de trésorerie. Le syndicat affirme que, faute de paiement des factures en cours, les fournisseurs se refusent aux livraisons de matériel et de médicaments. Est également demandée l’intervention de l’État pour la prise en charge du déficit qui s’élève à 50 millions d’euros.

Dans un récent communiqué, deux syndicats réunis à l’occasion (STC et FO), s’interrogent sur l’absence d’un front unitaire tout en s’accordant à reconnaître le bien-fondé des revendications de la section CGT.

Les grévistes de la faim ont reçu le soutien du président nationaliste de l’Assemblée de Corse, ainsi que celui des formations qui composent l’actuelle majorité régionale. Cependant le président de l’exécutif souhaite que la problématique du financement des établissements publics de santé de Corse fasse l’objet d’une étude globale puis d’un plus large consensus afin d’exiger du gouvernement le déblocage de dotations pour répondre aux besoins de santé.

Correspondant

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.