Au village des services publics

Retour sur le rassemblement organisé le 23 juin sur la place de la République à Paris.

Syndicalistes, associatifs, politiques, éluEs, sont venus de Tonnerre, Ruffec, Remiremont, Saint-Claude, Lure, Charleville, Creil, Ivry, Nord Essonne, Granville, Valognes-Cherbourg, Vire, Concarneau, Brest, Morlaix, Lannion, Douarnenez, Châtellerault, Moûtiers, Sarlat… et bien d’autres encore, dont le Collectif de solidarité avec les dispensaires auto-gérés en Grèce, étaient rassemblés place de la République, samedi 23 juin, pour témoigner du fait que les services publics sont mis à mal et les régions abandonnées au profit des grandes agglomérations, et pour dénoncer la « compétition » qui remplace solidarité et coopération dans les orientations de ce gouvernement : « À force de tout privatiser, nous serons privés de tout ! »

Converger pour défendre le droit à la santé

Le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie a annoncé le programme et propose une organisation sanitaire limitée aux soins de premier recours en médecine de ville, et la création « d’établissements de santé communautaires » dédiés aux personnes âgées, aux malades chroniques, en fermant 60 à 70 plateaux techniques d’hôpitaux de proximité. Promouvoir le « regroupement des spécialistes et de l’ensemble des disciplines médico-chirurgicales spécialisées de court séjour à un niveau départemental » va inévitablement dégrader encore l’accès aux soins partout, pour toutes et tous. Le droit pour chacunE à disposer d’un service d’urgences, y compris obstétricales, à 30 minutes, et d’une maternité à moins de 45 minutes s’éloigne encore.  

C’est contre la fin de nos services publics, la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires et la privatisation, que la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, avec la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics et le collectif Notre santé en danger ont assuré la tenue d’un village des services publics. Ce fut un après-midi militant de rencontres et d’échanges. Propositions et exigences en matière de services publics, choix de société que cela implique, rappel que les services publics sont nos biens communs : telles étaient les thématiques au centre de cette mobilisation. En lien avec la Convergence des hôpitaux en lutte, le prochain rendez-vous est à Guingamp, contre la fermeture de la maternité, le 30 juin.

Correspondante

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.