4 jours de grève à la Polyclinique du Tondu

-A +A
Santé
actualité

En cette fin d’année, les luttes se multiplient à Bordeaux et alentours.

Cela a commencé avec la grève à la polyclinique du Tondu qui a duré 4 jours pleins, du 28 novembre au 1er décembre, avec un tiers du personnel en grève tenant un piquet chaque jour à l’entrée malgré le froid. Un coup de tonnerre dans cette clinique où il n’y avait pas eu de grève depuis 17 ans mais où le ras-le-bol et la colère s’accumulent depuis longtemps.

La clinique, qui doit bientôt déménager dans de nouveaux locaux à Floirac, a récemment été rachetée par le groupe Saint-Gatien qui se définit lui-même comme « un leader de l'hospitalisation privée en France, désormais constitué de 9 établissements »… Et les conditions de travail y sont telles qu’avant même la grève, 14 salariés avaient annoncé leur démission !

Malgré l’inexpérience, les grévistes se sont très vite organisé-e-s, trouvant des soutiens, popularisant leur mouvement et le prenant en main pour demander « une augmentation du nombre de personnel dans l’ensemble des services et des secteurs et une revalorisation de nos salaires ». Durant quatre jours, les grévistes ont tenu bon, malgré des pressions de tous ordres de la direction qui a entre autre fait réquisitionner de façon abusive des grévistes. Ils ont aussi exercé leur pression autre sur les délégués du personnel, en particulier une élue de la liste libre « sensible » aux discours de la direction… 

Celle-ci a finalement lâché quelques heures dans différents services et s'est engagée à plus de respect des personnels et des roulements. Elle a aussi accordé une prime ponctuelle de 130 euros. Aussi partielles soient-elles, ces avancées comptent et c'est surtout l'expérience de lutte, de démocratie et de solidarité qui a marqué les grévistes, avec la fierté de ce qu’elles et ils ont fait.

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.