Répression de la Gay Pride à Istanbul

Des milliers de militants LGBTI et d’activistes solidaires de leur cause ont été dispersé violemment par les forces de l’ordre à coup de canon à eau et gaz lacrymogène, le dimanche 28 juin, avant même que la Gay Pride d’Istanbul ne commence.

La Gay Pride était fêté chaque année depuis 2003 sans aucune intervention de la police. Le combat contre l’homophobie et la transphobie rassemblait de plus en plus de manifestants au cours des années. Mais c’est surtout avec la révolte de Gezi en juin 2013 que le mouvement LGBTI acquit une importante visibilité et du fait de sa participation à la résistance étendit sa légitimité dans la jeunesse et les divers secteurs anti-AKP. La Gay Pride de 2013 qui se déroula deux semaines après l’évacuation violente du parc de Gezi par la police, rassembla plusieurs dizaines de milliers de personnes et fut l’occasion de dénoncer massivement l’autoritarisme d’Erdoğan et de l’AKP. Mais même celle-ci ne fut pas réprimée.

L’interdiction de la Gay Pride cette année par le gouverneur d’Istanbul pour la raison que la marche devait avoir lieu dans le mois du ramadan fut d’autant plus surprenante et inattendue que l’AKP, dans ses brochures de propagande pour les élections de juin 2015, vantait sa tolérance envers les différents modes de vie en affirmant que la Turquie était un pays où la marche de la fierté pouvait se faire pendant le Ramadan !

Donc qu’est ce qui a changé en un mois? Des élections législatives du 7 juin, l’AKP été sorti de façon visiblement affaiblit avec 40.9% et l’opposition démocratique de gauche représentée par le HDP (lié au mouvement kurde)  remportait une importante victoire avec 13% qui lui permettait d’obtenir 80 députés. Ne pouvant former un gouvernement tout seul l’AKP est maintenant à la recherche d’une coalition. Voyant que les discours agressifs du Président de la République Erdogan et du Premier ministre Davutoglu visant à polariser la société sur les questions culturelles-religieuses ne lui a pas permis d’accroitre ses voix ou bien même de les maintenir, l’AKP a du se mettre en retrait. Mais l’interdiction et la répression de la Gay Pride montre que l’AKP a l’intention de prouver qu’il est toujours là. Rien n’est gagné, le combat continue !

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.