Poutou au milieu du gué (Libération.fr)

Fin de galère pour Philippe Poutou? Le remplaçant d'Olivier Besancenot comme candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) à la présidentielle aurait dépassé la barre des 200 signatures de maires. «On en est à la première dizaine au-dessus», assure Thibault Blondin, responsable de la récolte des 500 griffes nécessaires pour que Poutou valide son ticket de présence en avril. «La période de la Toussaint a été plus féconde. Elle permet de mettre des militants sur les routes pendant les vacances ou les jours fériés, poursuit Blondin. Et puis on est allé revoir des maires qu'on avait déjà vu deux, trois ou quatre fois depuis cet été. A un moment les signatures commencent à tomber.»

«Un rayon de soleil»

Englué dans une crise interne depuis juin et la désignation de Poutou, ouvrier dans l'automobile près de Bordeaux, le NPA voit dans le dépassement de cette barre symbolique «un rayon de soleil dans cette période compliqué», sourit Sandra Demarq de la direction du parti. «On est dans le même timing que pour Olivier les fois précédentes. Philippe peut avoir ses signatures», ajoute Frédéric Borras, lui aussi membre du comité exécutif mais rangé du côté de la minorité plus «unitaire» du parti d'extrême gauche. Poutou sur les traces de Besancenot? «Les 200 signatures, on les avait plutôt fin août-début septembre», rétorque un cadre du parti pour qui le «bilan» d'une présence du réparateur de machines-outils se fera «en janvier». Avec un parti divisé, des intentions de votes proches du plancher et de catastrophiques passages télé, le débutant Poutou n'a pas fini de ramer.

Lilian Alemagna

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.