Visite de Macron : Amboise dans la nasse

La venue de Macron et du président italien à Amboise, le 2 mai dernier, pour commémorer les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci est emblématique de la période. De la communication pour nier la réalité.

La réalité, c’est que pour avoir une belle photo il aura fallu boucler la ville en interdisant toute manifestation sur trois communes, avec des centaines de policiers et gendarmes sur place, faire d’Amboise une ville morte et interdire les rassemblements déclarés par les organisations syndicales qui ont accepté (à l’exception de Solidaires et de la CGT organismes sociaux Région Centre) de se replier sur un rassemblement devant la ­préfecture de Tours.

Contrôles systématiques

La réalité, c’est aussi que ce déploiement policier n’aura pas fait taire les Gilets jaunes. Nous étions 250 à manifester dans les rues d’Amboise le samedi 27 avril pour appeler la population à exprimer ses désaccords avec la politique du gouvernement. Une petite centaine de Gilets jaunes d’Amboise est sortie dans les rues le 2 mai pour dire que Macron n’était pas le bienvenu, et a été refoulée en dehors de la ville. Nous étions aussi plusieurs dizaines de Gilets jaunes de l’assemblée de Tours et de syndicalistes (Solidaires et CGT organismes sociaux) à tenter de nous rendre à Amboise avant d’être aussi refouléEs, avec contrôle systématique de toutes et tous, fouilles des véhicules et plusieurs arrestations avec auditions. Malgré cela, nous avons pu investir et tenir un rond-point situé entre Tours et Amboise.

La réalité à Amboise, c’est enfin la grève reconductible des postières et des postiers, attachés à bien faire leur métier, qui refusent la réorganisation de la distribution depuis maintenant plus de 10 jours et qui viennent enfin d’obtenir un début de négociations avec la direction…

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.