Une répression sans précédent à Avignon

La manif des Gilets jaunes de samedi 30 s’est déroulée dans une ambiance jamaise vue à Avignon avec un dispositif policier délirant: 1000 flics mobilisés, un hélicoptère. Des barrages routiers avaient été mis en place sur les grands ronds-points d’accès à la ville, de nombreux gendarmes canalisaient des files de voiture, les coffres étaient contrôlés de près, certains gendarmes équipés de famas.

Nous avons attendu un bon quart d’heure, avant de pouvoir entrer dans la ville intramuros, par un seul accès, contrôle des sacs et palpations, impossible de passer avec un gilet jaune. Toutes les autres portes étaient obstruées par des camions de CRS et de hautes grilles. 

La ville était “paisible”: musées fermés, gare fermée, parkings fermés, aucun véhicule, 90% des commerces fermés, difficile de trouver un bar ouvert pour se désaltérer, hallucinant ici ! Des flics en civil et des groupes de CRS un peu partout. On s’est retrouvé à 300 environ sur une place, il y avait des gens disséminés çà et là. Sur les boulevards, il y a vait un flot de gens qui n’avaient pu rentrer, au total 800 personnes environ.

Les flics déplaçaient leurs véhicules au fur et à mesure du défilé dont les rangs se renforçaient petit à petit. Près de 150 motards sont arrivés faisant diversion. Vers les boulevards, il y a eu enfin environ 1500 personnes, sachant que d’autres groupes n’avaient pu rejoindre.

C’est alors que les grenades sont tombées en nombre, un jeune a été touché sérieusement à la tête. Des autonomes sont partis affronter les flics. Des charges ont fait quelques blessés. Il était impossible de continuer et ce fut la dispersion avec des groupes pourchassés par les flics jusque dans les quartiers. La détermination des gens et la colère sociale qui ne fléchissent pas, toutes générations confondues et pas mal de jeunes dont certains venus des quartiers. Rencontrer des femmes de 60 ans équipées de masques à gaz et hurlant des slogans virulents est assez spectaculaire.

Il y a eu une cinquantaine d’arrestations sur les barrages routiers en raison de gilets jaunes et d’équipements trouvés dans les bagnoles et aussi à la fin de la manif. Parvenir à manifester dans un tel contexte dissuasif et répressif est vraiment une réussite.

Correspondant

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.