Riposte au Havre : Succès du meeting unitaire !

-A +A
Politique
actualité

Après la manifestation du 21 septembre qui a réuni près de 10 000 personnes dans les rues du Havre, rendez-vous était donné par l’intersyndicale CGT-SUD-FSU-UNEF pour un forum-débat sur le thème « Comment faire échec à la politique de Macron ? »

L’originalité et l’intérêt de l’initiative venaient de la volonté de l’intersyndicale de faire débattre cette question par un large éventail des forces disponibles. Pour ce faire, plusieurs représentants syndicaux nationaux avaient été invités, des politiques (Jean-Paul Lecoq, député communiste local, François Ruffin pour FI et notre camarade Philippe Poutou), ainsi que Loïc Canitrot (de Jolie Môme) ou encore Assa Traoré, porte-parole du collectif « Justice pour Adama ».

Convergence des luttes

Environ 500 personnes se sont donc retrouvées en fin d’après-midi pour débattre trois heures durant sur la stratégie à mettre en place pour construire un mouvement victorieux face à l’arrogance et aux attaques tous azimuts du gouvernement. Un large consensus existe localement sur la nécessité de construire un mouvement national unitaire, appuyé sur la convergence des luttes, visant à la paralysie de l’économie par la grève générale. Mais les mobilisations sur les retraites ou la loi El Khomri ont montré que, en dépit d’une forte mobilisation comme ce fut le cas au Havre, le chemin pour y parvenir n’était pas un long fleuve tranquille pour les forces disponibles. 

Face à certaines interventions un peu amères sur les difficultés à mobiliser ou la résignation manifestée par de nombreux salariéEs, Philippe a insisté sur la nécessité de mettre largement en débat et sans tabou les difficultés ou les blocages rencontrés dans le mouvement autour de la stratégie des luttes, l’unité syndicale, ou encore la constitution d’un large front regroupant notre camp social.  

Donner de l’espoir 

L’idée de construire le rapport de forces sur la convergence des mécontentements (salriéEs du public et du privé, retraitéEs, privéEs d’emploi, étudiantEs, jeunes des quartiers populaires…) s’est manifestée dans les thèmes évoqués au fil des diverses interventions : les ordonnances évidemment, mais aussi les mesures fiscales à venir en faveur des plus riches, les attaques contre les APL ou les retraites, l’assurance chômage et la Sécu, et même la scandaleuse mise en place du CETA. La question de la criminalisation du mouvement social a été évoquée par Loïc, poursuivi en justice à la suite d’une action collective au Medef, tandis qu’Assa Traoré concluait sur les violences dans les quartiers populaires en retraçant le long combat pour établir la vérité sur la mort de son frère Adama.

Au final, un meeting qui, sans évidemment apporter des réponses toutes faites sur la voie à suivre, a permis aux différentes composantes du mouvement social de débattre fraternellement autour des questions incontournables pour redonner l’espoir et pour construire un mouvement victorieux. Le meeting s’est conclu en musique avec le groupe « Red Lezards », faisant reprendre en chœur par les participantEs la chanson « On lâche rien ! ».

Correspondant

 

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.